Focus sur Christian Lusakweno, journaliste, animateur-vedette et patron de Top Congo FM …

Le 14 juillet 2018, la station de radio Top Congo totalise 15 ans d’existence. Son propriétaire, devenu journaliste et animateur-vedette de ce média est un inconnu pour ses nombreux auditeurs et téléspectateurs. Je voudrais, à travers ma chronique, lever un pan de voile sur ce natif de Lille (France), venu au monde il y a 51 ans. Il s’appelle Christian Lusakweno.

 

Au cours d’un entretien que j’ai eu avec lui, il y a 15 ans, il m’avait laissé entendre qu’à ses débuts, il faisait la radio rien que pour son plaisir. Il démarre en 1991 par animer une émission de divertissement à la radio Antipode à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve.

 

Encore étudiant à cette époque. A la suite de la montée en audience de cette radio, il lance deux ans après un programme 100% africain à la radio Panik. Et grâce à ce programme, la radio prend de l’ampleur et l’animateur monte au créneau.

 

Plus tard, il descendra à Kinshasa en 1995 pour étendre et relayer la radio Panik et prend langue avec la RTNC et Raga sans succès. Découragé, il laisse tomber le projet. Et en 1997, il devient correspondant de la radio Africa No 1. Il est par ses propres moyens de tous les voyages et événements à travers le monde. Mais c’est lors de la couverture de processus de la paix de Sun City et ses reportages aux Nations Unies qu’il fait asseoir son nom et se trouve du coup adopté par les auditeurs congolais de partout.

 

Et en 2000, l’idée d’avoir en propre sa radio l’effleure et il entame les démarches y afférentes. Et ce au mois de mai 2003 qu’il obtient la fréquence 88.4 FM pour sa radio Top Congo. Voilà son vœu exaucé. Il décide de faire la radio autrement, tout en restant au service de nation.

 

Depuis le 14 juillet 2003, tout le monde ou presque ne passe une journée sans écouter les multiples services de la radio devenu comme son appellation au top de l’audimat et sur internet ainsi que des relais à travers le pays notamment à Mbandaka sur E radio 100 FM.

 

Que dire d’autre de ce jeune qui se bat pour bien s’exprimer en lingala et en kikongo, langue de ses parents dont le père était un médecin. Jusqu’à pas longtemps, il était encore célibataire avec deux enfants parmi lesquels un que j’ai rencontré à Paris en stage de formation à la direction de Euronews. Il tient parole, il m’avait confié qu’il fera une radio pour être avec vous pour votre plaisir. Pari tenu…

JEAN-PIERRE EALE IKABE

 

Related posts