Maître Gims: « Je ne suis toujours pas français »

Au micro de Nikos Aliagas, l’artiste explique que sa demande de nationalité française lui a été refusée. Aux yeux de la loi, Maître Gims n’est donc toujours pas considéré comme un citoyen français.

INTERVIEW

Invité dimanche de l’émission En balade avec, Maître Gims s’est confié au micro Europe 1 de Nikos Aliagas. Alors que les deux hommes se trouvaient devant le tableau La Liberté guidant le peuple, au Louvre, ils ont évoqué la nationalité française. L’occasion, pour l’interprète de Sapés comme jamais, d’expliquer qu’il ne l’a toujours pas. Non pas par choix, mais parce que sa demande a été refusée.

« C’est important à mes yeux. Je me sens Français ». « J’avais fait une première demande, qui m’a été refusée il n’y a pas longtemps. Je n’ai pas compris pourquoi », confie l’artiste. « C’est important à mes yeux. Je me sens Français, je m’exprime en français, je suis ambassadeur de langue française dans le monde, mais on m’a refusé la nationalité ».

Né à Kinshasa, en République démocratique du Congo, le rappeur est arrivé en France à l’âge de 2 ans et demi. Aujourd’hui, Maître Gims déplore cette situation. « J’ai fait la demande, (…) j’ai passé les tests et c’est normal car c’est la loi. C’est important de le faire, car on reproche aux artistes d’être au-dessus des lois », poursuit-il. Aujourd’hui, Maître Gims s’interroge sur la démarche à suivre, ne comprenant pas le refus des autorités compétentes, il se demande : « qu’est-ce que je peux faire maintenant ? ».

> Retrouvez l’intégrale de l’entretien entre Maître Gims et Nikos Aliagas dans En balade avec, ce dimanche, de 11 heures à midi sur Europe 1.

Nikos Alagias en train d’interviewer Maître Gims. Ph.Dr.Tiers

Dans ma boîte à lettres je trouve souvent un papier imprimé de petit format : c’est Docteur ou Professeur qui m’invite à son cabinet pour me dire la prévision de mon futur, chasser les mauvais esprits et faire revenir ma petite copine qui ne m’aime plus. Si l’on me donnait l’adresse de ce Maître, j’échangerai mon blouson en peau de mouton retourné de chez moi contre son manteau de léopard naturel de chez lui. La mixité, c’est bien ça ? Eh bien cher Maestro, chante-moi « Le légionnaire » !

La veste léopard que porte fièrement ce congolais est manifestement immonde.
NIKOS ALAGIAS / Europe 1

Related posts