Simaro Masiya Merci pour tout… et le reste

Sous la plume de Foshino Ntumba Mukundula, il est donné au lecteur de remonter le temps pour revisiter le parcours d’un des talentueux guitaristes et auteurs-compositeurs prolixes que notre pays ait connus, Simaro Masiya Lutumba Ndomanueno. Depuis, ses débuts chez Gérard Madiata, évoluant à l’ombre tutélaire du « Grand Maître » Franco Luambo Makiadi jusqu’à Bana OK.

 

Son itinéraire y a été retracé. L’ouvrage préfacé par Jean-Pierre Eale Ikabe, a été inspiré à l’heure où le chansonnier s’apprêtait à quitter la scène, à 80 ans, le 19 mars 2018. Décrit ici comme un être multidimensionnel, Simaro Lutumba s’est employé près de 60 ans durant à apporter sa flamme vivifiante en égayant les cœurs de ses contemporains, à travers ses oeuvres de haute facture. Le préfacier note que dans la plupart de ses productions discographiques, Simaro a observé, interrogé, tenté de corriger, de redresser, regrettant parfois, depuis « Fifi nazali innocent » et beaucoup plus loin, à mesure que sa carrière évoluait.

 

Jean-Pierre Eale relève qu’il n’a eu de cesse d’inviter ses semblables à la réflexion par des allusions imagées face à la réalité ambiante, touchant les cœurs des auditeurs. « Comment, imprégné de cette sève, peut-on résister à l’analyse qu’il fait de son environnement dominé par une dualité, joies et peines, rires et pleurs, avec tant de paradoxes ? », s’interroge le préfacier. « A moins d’avoir été conçu d’une autre matière que la chair humaine pour ne pas lui accorder l’attention qu’il mérite », dit-il. En un mot, comme en cent, Eale Ikabe, estime que celui qu’il nomme ici par son surnom « Simaroca » aura marqué son époque par sa verve populaire, dans un ensemble de proses où des images poétiques, avec une réalité frappante, côtoient des messages de sagesse africaine. Il n’y a qu’à réécouter « Mabele », « Ebale y’a Zaïre », « Inoussa », « Ofela » ou « Mandola »…

 

C’est le lieu commun de le dire et un impératif de l’affirmer, souligne-t-il, l’usage des métaphores, c’est son fort. Dans cette préface, l’autre loue le fait que Simaro, en toute humilité (un des traits de son caractère) s’est ouvert de bon coeur à certains de ses jeunes collègues pour des collaborations ponctuelles appelées featuring.
JEAN PIERRE EALE IKABE

 

Related posts