RDC – Sport : La FENADU s’engage dans la promotion des danseurs urbains

A la faveur d’une interview accordée exclusivement à la rédaction d’Eventsrdc.com, le danseur urbain hip-hop de la catégorie bboying – break dance- et coordonnateur de OBF, Thierry Bakuatshilela Katufu a expliqué que la nouvelle Fédération nationale des danses urbaines – FENADU – où il est Président national s’active dans la promotion des jeunes qui évoluent dans cette discipline sportive. « La FENADU a pour objectif de réfléchir comment mettre en place les mécanismes de promotion des danses urbaines en RDC, comprendre les facteurs qui peuvent booster les pratiques des danses urbaines dans nos contrées…doter des athlètes des infrastructures de divertissement, d’expression artistique et d’échanges culturels », a-t-il déclaré. Entretien.

En quelques phrases, parlez-nous de la FENADU ?

La FENADU est une fédération sportive des danses urbaines ouverte à toute personne exerçant dans le secteur de la danse urbaine. La FENADU a pour objet la liberté, la promotion des cultures, morales, et du fair-play duquel concours à l’émergence des danses urbaines en tant que sport.

Logo de la FENADU. Ph.Dr.Tiers

La FENADU poursuit les objectifs tels que :

• Réfléchir sur la mise en place des mécanismes de promotion des danses urbaines en RDC;
• Comprendre les facteurs qui peuvent booster les pratiques des danses urbaines dans nos contrées;
• Organiser des événements trimestriels, étudier les potentiels des athlètes de chaque ville de la RDC;
• Faire découvrir et développer la danse hip-hop congolaise et africaine en général;
• Combattre l’oisiveté et la délinquance juvénile;
• Contribuer à l’épanouissement physique, moral, intellectuel et spirituel des jeunes,
• Aider les jeunes à vivre de leurs arts et leurs talents;
• Entreprendre des actions de promotion des athlètes talents ayant la passion de la danse urbaine;
• Doter des athlètes des infrastructures de divertissement, d’expression artistique et d’échanges culturels,
• Encadrer les jeunes artistes danseurs urbains par le renforcement des capacités artistiques et autres.

Êtes-vous enregistré auprès des instances administratives de la République Démocratique du Congo ?

Oui. Nous sommes légalement enregistrés dans les instances administratives de la République Démocratique du Congo. Ce qui nous donne le pouvoir d’œuvrer dans ce secteur.

Les documents officiels de la FENADU. Ph.Dr.Tiers

Citez-nous les danses urbaines que l’on retrouve dans votre fédération ?

Nous avons toutes les danses hip-hop. Après il y a le ndombolo avec ses différentes évolutions et mixités. Puis l’afro house qui est en partie un style de l’afro ndombolo. Là, j’ai mis en général les domaines englobant les styles de danses. Donc, la liste étant énorme, je préfère citer les familles des danses urbaines.

Depuis janvier 2019, le break dance a été retenu comme discipline olympique par le Comité international olympique. Comment aviez-vous accueilli cette nouvelle ?

Nous étions très heureux de savoir qu’enfin nos efforts avaient payé. Puisque déjà nous nous considérons comme des athlètes depuis longtemps rien qu’en regardant les enchaînements et figures que nous exécutons.

Tôt ou tard nous serons reconnus puisque nous drainons de foule dans nos compétitions et ce n’est pas si différent des autres sports. Puisqu’il y a plus de 300 compétitions des danses, break dance surtout qui se font dans le monde par an. C’est un peu pareil au football.

http://www.mumatservices.com

Hier, danse dépendant du ministère de la culture et des arts. Aujourd’hui, sport dépendant du ministère des sports. Pourriez-vous éclairer l’opinion ?

Avant le ministère de la culture puisque nous utilisions des musiques et différentes formes de culture pour apporter une diversité dans nos exhibitions.

Aujourd’hui, le ministère de sports puisque les gestuelles acrobatiques, athlétiques, physiques et techniques que nous exécutons impliquant tous le corps pour réussir un enchaînement, c’est ça qui nous a basculé du volet culturel au sport… puisque ça demande beaucoup des conditions athlétiques pour pratiquer cette discipline.

Avez-vous déjà des représentations dans les provinces de la RDC ?

Pas encore. Mais nous sommes en plein essor. Nous avions déjà contacté les personnes qui jouent ce rôle de représentativité de la FENADU.

Qui composent la FENADU ?

La FENADU est composée des acteurs expérimentés dans l’organisation événementielle de ce secteur de danses urbaines et des membres effectifs qui sont les danseurs urbains. Il y a un comité, une assemblée générale, une coordination de projets et études, une direction de communication, une direction logistique, des responsables administratifs etc…

Les membres de la FENADU. Ph.Dr.Tiers

Comment les danseurs de Kinshasa et des autres provinces de la RDC ont accueilli cette nouvelle ?

Les danseurs de la capitale étaient très contents de l’apprendre. Même ceux des provinces aussi. Puisqu’ils savent que maintenant, ils ne sont plus abandonnés à leur triste sort.

Quel message adressez-vous à toutes les structures qui encadrent les danseurs et organisent des événements ?

Je les appelle à venir nous rejoindre pour travailler ensemble, créer les voies pour faire évoluer ce secteur de la danse urbaine dans plusieurs projets et activités qui mettront en valeurs les danseurs et les objectifs fixés de nos structures.

ETIENNE KAMBALA
CINARDO KIVUILA

Related posts