Confiant envers les Léopards, Abel Tamata raconte sa retraite précoce

Des blessures à répétition ont contraint Abel Tamata, ancien international rd-congolais, à raccrocher les crampons du haut de ses 26 ans d’âge. Triste réalité qui n’a cependant pas affecté Tamata, qui, très vite, c’est une nouvelle orientation pour progresser. L’ancien Léopard est très confiant envers la sélection et croit en sa qualification à la CAN 2019 en tant que leader du groupe G. Il l’a dit lors d’un entretien exclusif accordé à Eventsrdc.com.

A 26 ans, vous avez résolu de raccrocher les crampons. Pourquoi?

J’ai fait mes débuts professionnels à l’âge de 20 ans au PSV. J’ai joué au football pendant six ans au plus haut niveau. J’ai eu aussi beaucoup de blessures durant cette période. Cela a entraîné une détérioration de ma carrière plutôt que d’aller de l’avant. Bien sûr, j’ai gagné ma vie avec le football, mais j’ai la chance de pouvoir la gagner encore de plusieurs manières. C’est pourquoi j’ai choisi de commencer une nouvelle carrière dans laquelle je peux continuer à progresser.

Dans quel état vous trouviez-vous au moment d’une telle prise de décision?

En préparation pour la nouvelle saison -été 2016-, j’ai effectué un stage dans un club et j’ai eu la déchirure de l’ischio-jambier. Puis j’ai pris la décision finale d’arrêter avec le football. Je m’étais déjà inscrit dans une université et j’ai eu des conversations avec ma famille au sujet de notre avenir. Et presque tout le monde dans la famille était convaincu que c’était le bon choix pour mon avenir.

Votre avenir est-il toujours dans le football ou vous voulez vous essayer dans autre chose ?

J’ai étudié la gestion du sport. J’ai tissé de nombreux liens au cours de ma carrière. Actuellement, je suis agent de football avec une connexion que j’ai établie à Manchester. Ma sœur a constitué l’une des plus grandes entreprises d’artistes au Pays-Bas. Et pour son entreprise, je travaille également, question de développer la gestion. Je progresse bien dans les deux domaines.

Certes, avec les Léopards, vous n’avez presque pas joué. Envisagez-vous néanmoins d’aider la sélection autrement?

Je trouve cela très regrettable. Mais le passé reste le passé. A l’avenir, je voudrais certainement contribuer dans l’équipe nationale d’une manière ou d’une autre. J’en serai très fier. Le football est un excellent moyen de rendre heureux un groupe important de personnes. Il y a cependant plusieurs façons de faire quelque chose pour les gens.

Comment évaluez-vous l’état actuel de la sélection nationale?

Il était très regrettable que les Léopards n’aient pas participé à la Coupe du monde 2018. Je pense qu’ils le méritaient. Mais dans le football, il y a toujours de nouvelles opportunités. Maintenant, ils sont dans une nouvelle période pour se qualifier à la CAN 2019. En soi, la position de départ est bonne et je suis convaincu que les Léopards finiront premiers du groupe G.

Il semble que vous envisagez de venir à Kinshasa dans le tout prochain jour. Quel est le motif de ce voyage ?

Le motif de ce voyage est très simple. Le Congo est la terre de mes ancêtres. Je fais partie du pays. Je crois que Dieu a créé chaque être humain pour apporter sa contribution. Et Il m’a créé comme le fils d’un Rd-Congolais. J’ai donc une responsabilité envers mes racines. Pour moi, c’est naturel d’aller au Congo.

ETIENNE KAMBALA

Related posts