Déficit du sponsoring: un manque à gagner pour les entreprises et artistes, selon Didier M’buy

La problématique du sponsoring en Rd-Congo constitue un vrai casse-tête pour les artistes et organisateurs des événements qui, de ce fait, ne savent à quel saint se vouer. A ce jour, seul Fally Ipupa qui a un contrat en bonne et due forme avec une société de télécommunications de la place. Les autres artistes musiciens ou pas, grands ou petits ne sont liés que par des contrats circonstanciels. Pour décrypter cette situation,  Eventsrdc.com s’est entretenu avec Didier M’buy Mitwo, enseignant à l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication  -IFASIC- et coach en communication. Il a estimé que le déficit du sponsoring constitue un manque à gagner tant pour les entreprises que pour les artistes et organisateurs des événements. Entretien.

Comment définissez-vous le sponsoring ? 

Le sponsoring est une technique de communication événementielle dont le but est de valoriser un produit ou l’image de marque d’une entreprise, en attachant son nom à une personne, à une manifestation ou à un événement. La contribution du sponsor peut être financière et/ou matérielle.

 

Quelle analyse faites-vous de la situation du sponsoring des événements et des artistes en RDC ? 

Dans un contexte de crise économique qui frappe de plein fouet les entreprises en général, celles-ci sont très peu enclines à recourir au sponsoring… Ainsi, en RD-Congo, une très petite catégorie d’entreprises se permettent de sponsoriser régulièrement artistes, évènements: les opérateurs téléphoniques, les brasseries et les entreprises des cosmétiques!

 

Les musiciens rd-congolais évoluent depuis quelques temps sans sponsoring. Cela ne constitue-t-il pas un manque à gagner tant pour eux que pour les entreprises ? 

Un manque à gagner tant du côté de l’entreprise que de celui de l’artiste, à l’idée que le sponsoring poursuit quatre principaux objectifs: – Objectif d’image: doter l’entreprise d’une personnalité, d’une identité affirmée auprès du grand public. – Objectif de notoriété: faire valoir le savoir-faire, la compétence, l’expérience de l’entreprise. – Objectif de réseau: valoriser un produit sur son réseau commercial. – Objectif de motivation: améliorer les relations entre l’entreprise et ses différents publics (internes comme externes).

 

L’artiste qui devait bénéficier du sponsoring, mais n’en bénéficie pas, est privé d’une très large visibilité auprès du grand public.

 

Sur base de quels critères, une entreprise publique ou commerciale peut sponsoriser un artiste ? 

Pour associer son nom, son logo à un artiste, l’entreprise doit au préalable avoir pu déceler chez celui-ci non seulement du talent, de l’originalité, de la performance, de la volonté de produire un travail bien fait, du

professionnalisme, mais aussi une certaine audience auprès du grand public. Le sponsoring viendrait alors booster cette audience pour le bonheur des deux parties!

 

Que prodiguerez-vous comme conseil aux artistes talentueux non sponsorisés ?  

Les artistes non sponsorisés devraient faire valoir à tout prix le travail, le talent avant la recherche d’un sponsor. Car, si le talent n’est pas au rendez-vous au départ, plus haut l’artiste sponsorisé s’était élevé, plus bas il tombera…

LAURENT OMBA

 

 

Related posts