27 février 1998 – 27 février 2018 : Ce jour-là, la RDC imposa sa suprématie sur le Burkina

Cela fait 20 ans depuis que les Léopards de la République Démocratique du Congo remportèrent la 3ème place de la Coupe d’Afrique des Nations Burkina 1998, après un spectacle splendide de 3 buts en 4 minutes. La rédaction d’Eventsrdc.com vous rappelle le déroulement de cette rencontre exceptionnelle dans l’histoire du football africain.

 

Enveloppé par la joie, le public du stade du 4 août de Ouagadougou est au bord de l’explosion. Dans quatre minutes à peine, l’Égyptien Gamal El-Ghandour sifflera la fin d’un match de classement.

 

Les Étalons du Burkina Faso survolent la rencontre. Le pays hôte, dont le rêve de disputer la finale de cette 20ème CAN s’est arrêté en demi-finales (0-2), face à l’Égypte, mène désormais 4-1 face aux Simba de la Rd-C, révélations du tournoi.

 

Les Simba, tombeurs du Ghana d’Abedi Pelé, puis du Cameroun de Patrick Mboma, ont échoué de peu en demi contre l’Afrique du Sud (1-2). Louis Watunda Iyolo appelé « Prof », le sélectionneur principal des Simba a misé sur les réservistes. Seulement cinq professionnels, des « binationaux » à l’occurrence de Bembuana, Simba, Tondelua et Selenge plus un défenseur domicilié en Corée, Mutamba, sont alignés pour cette rencontre. Philippe Troussier, le technicien des Étalons, déjà engagé avec l’Afrique du Sud pour le Mondial 1998, dispute son dernier match sur le banc burkinabé. Le décor est planté pour un match décisif.

 

De 4-1 à 4-4 en quatre minutes de la fin, la RDC vient de loin

Pas question de rater la médaille de bronze, et cela sent bon. La Rd-Congo est menée au score depuis la 6ème minute grâce à Alassane Ouédraogo, dix-sept ans à peine. Oumar Barro (52ème), puis Sidi Napon (56ème) et Ibrahima Tallé (86ème) ont corsé l’addition, ce dernier ayant répondu au remplaçant rd-congolais de Mungongo (76ème).

 

À 4-1, les locaux croient le match plié. Et puis, c’est la boulette ! Ibrahima Diarra, le gardien des Étalons se troue sur une frappe anodine de Kasongo Banza dit Korando (87ème, 4-2). Profitant du doute qui a envahi les locaux, Jerry Tondelua inscrit son quatrième but du tournoi (89ème, 4-3). Panique chez les Étalons. Sur l’engagement, Emeka Mamale récupère le ballon et déboule dans le couloir droit. Il centre pour Mungongo, le joueur du Daring Club Motema Pembe, reprend instantanément de la tête le ballon pour une égalisation a l’extrémiste (4-4). Sur le banc des Simba, c’est du délire, d’autant qu’il n’y a pas de prolongation pour le match de classement.

 

Place aux tirs au but

La séance tourne au sans-faute pour la RDC : Simba, Mamale, Kisombe et Selenge transforment tous leur frappe. Chez les Étalons, seul Firmin Sanou réussit sa tentative. Seydou Traoré et Magan Diabaté échouent. La RDC s’impose 4-1 aux tirs au but. Un silence assourdissant s’est abattu sur le stade. Seuls, les rd-congolais dansent et rient. Malgré que la RDC n’a pas réitérée son exploit de 1968 et 1974 pour remporter la CAN, elle est sortie de cette compétition au podium.

 

Dès lors, la sélection rd-congolaise fusionnée avec des joueurs les locaux et professionnels (binationaux), elle est forte plus qu’une roche. Conduite actuellement par Florent Ibenge, l’équipe nationale de la RDC séniors brûle des étapes. Elle a remportée la troisième place de la CAN 2015 co-organisée par le Gabon et la Guinée-équatoriale. Elle est passée non loin d’une qualification pour la phase finale de la Coupe du Monde Russie 2018 et une ascension sur le classement de la Fédération Internationale de Football Association -FIFA- où elle se classe 3ème en Afrique et 39ème au Monde lors de la publication de février 2018.

ETIENNE KAMBALA

 

 

 

 

 

Related posts