Dans sa thèse sur « La communication interculturelle dans le contexte congolais », David Pata relève deux points qui décident sur le développement d’une société

Professeur des universités, David Pata s’est retrouvé, lundi 18 février 2019, devant les étudiants de l’IFASIC pour un moment d’échanges fructueux et bénéfiques à ces apprenants dans le domaine de des SIC. Portant sur « La communication interculturelle dans le contexte congolais », cette thèse, défendue en 2018, la thèse du professeur Pata a été au centre de leurs échanges.

L’orateur a commencé par présenter l’idée générale de son étude avant de décortiquer les deux formes de communication développées dans cette même étude.

Le professeur David Pata devant les étudiants de l’IFASIC. Ph. Eventsrdc

«Nous avons constaté que les liens rituels s’observent à travers les évènements solennels. Nous avons également constaté que la présence des événements donnent lieu à de nouvelles formes de communication euphorique et dysphorique. La communication euphorique est une communication, qui crée le sentiment de vouloir vivre ensemble, la paix, les gens sont contents de rester ensemble, mais il y a aussi la communication dysphorique qui est la communication de médisance, c’est un discours conflictuels», a-t-il enseigné. Et d’ajouter: « Les gens réagissent selon leurs appartenances ethniques. C’est ce que nous avons vécu pendant les dernières élections».

Les participants à cette conférence. Ph. Eventsrdc

La thèse du professeur David Pata a été dirigée par les professeurs Françoise Albertini et Philippe Ntonda. Elle a été élaborée en France sous l’auspice de l’Université de Corse en 2018.

ETIENNE KAMBALA

Contactez nous au +243808500059

Related posts