DG d’Eventsrdc.com, Cinardo Kivuila passe au peigne fin la musique de la Rd-Congo

Sur les ondes de la radio Univers FM, le DG d’Eventsrdc.com, Cinardo Kivuila a donné une interview décryptage sur la musique rd-congolaise. Dans son analyse, il a déploré l’absence d’une politique culturelle en Rd-Congo, cause de l’insécurité professionnelle pour les artistes et du faible apport de la musique dans l’économie du pays. Entretien.

Quelle lecture faites-vous de la musique rd-congolaise aujourd’hui?

La musique rd-congolaise est quand même créative, mais elle n’est pas structurée. Le statut d’artiste musicien pose encore problème. La plupart d’acteurs de cette musique meurent pauvres comme si l’Etat n’existait pas. Les droits d’auteur dérangent et divisent.

Diriez-vous qu’aujourd’hui, les sons proposés par les artistes rd-congolais sont originaux ou plutôt communs et monotones ?

Par rapport aux sons, certains sont originaux, d’autres monotones. Il y a des artistes qui se démarquent tout en tenant compte de la concurrence sur le plan national et international. Une autre catégorie d’artistes copie consciemment les œuvres de leurs collègues rd-congolais et africains sans gêne.

Qui peut-être considéré comme musicien?

Pour être considéré artiste musicien, il faut non seulement avoir une ou plusieurs œuvres, mais aussi être connu par les acteurs du secteur.

Contactez nous au +243808500059

Quelles sont les qualités d’un bon musicien?

Un bon musicien doit être à l’écoute de ses collègues et de son entourage, discipliné et créateur.

L’industrie de la musique rd-congolaise peut-elle apporter des fonds dans l’économie du pays?

L’industrie musicale rd-congolaise n’existe pas. Tout simplement parce que la Rd-Congo n’a pas une politique culturelle. La contribution actuelle de la musique est insignifiante. Certains revenus de ce secteur échappent au Trésor public et enrichissent certaines personnes.

Y a-t-il une différence entre un musicien qui commence sa carrière en Rd-Congo et celui qui l’entame à l’étranger?

Oui, il y a une grande différence. Les Rd-Congolais qui œuvrent au pays ne sont pas sécurisés, faute d’une loi qui réglemente et régule le secteur musical. Ils sont abandonnés à leur triste sort. Ceux de l’étranger travaillent dans un environnement sain, professionnel et sécurisé. Ils vivent de leurs talents et de leurs œuvres. Ils bénéficient des lois et de très bonnes structures d’accompagnement.

Contactez nous au +243808500059

Selon un récent tweet de votre média, Eventsrdc.com, certains artistes rd congolais sont bons pour le pays et d’autres sont mieux pour l’international. Sur quoi vous fondez-vous pour faire une telle lecture?

Depuis la dissidence de Wenge Musica BCBG 4×4 Tout Terrain en décembre 1997 jusqu’à ce jour, j’observe les musiciens rd-congolais qui œuvrent au pays et à l’étranger. Plusieurs sont talentueux. Mais, les uns, parce que très appréciés au pays, ne fournissent aucun effort pour conquérir la scène internationale. Ils sont trop accrochés à la rumba et au ndombolo et dépourvus d’innovations. Les autres sont mieux pour la sphère internationale. Ils sont mieux côtés à l’étranger mais peinent à convaincre sur l’échiquier national, en dépit de la bonne qualité de leurs œuvres.

Propos recueillis par UNIVERS FM

Related posts