Post Widget 1

Heath Tips

  • In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a
  • Fringilla vel, aliquet nec, vulputateDonec pede justo,  eget, arcu. In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a, venenatis vitae, justo.Nullam dictum felis eu pede mollis pretium.

Post Widget 2

En chiffres, la promesse accomplie de Katumbi au TP Mazembe

En chiffres, la promesse accomplie de Katumbi au TP Mazembe

Après trois années en exil, Moise Katumbi Chapwe, dès sa première sortie médiatique, a annoncé son départ du TP Mazembe, club qu’il dirige depuis 1997. « Ce que j’avais promis à Mazembe, j’ai réalisé cela. Je vois comment me retirer de Mazembe. Je vais réunir l’équipe pour voir comment partir », a déclaré Katumbi lors de sa première conférence de presse post-exil donnée depuis son fief à Lubumbashi.

Ce départ est-il imminent? Difficile de le savoir tant Katumbi n’a donné aucune précision sur l’heure de faire des adieux. Qu’a-t-il accompli en 22 ans de règne pour estimer avoir accompli sa promesse faite au TP Mazembe?

La réponse à cette question nous plonge dans l’histoire de ce club lushois qui, à l’avènement de Katumbi en 1997, n’était plus que l’ombre de lui-même. En effet, après le titre national remporté en 1987, les Corbeaux ont sombré aussi bien sur l’échiquier national que continental. Mazembe a perdu de son mordant et a été réduit au rang d’un club moyen, pendant qu’un certain DCMP montait en flèche au point de s’adjuger un titre continental en 1994.

Une nette domination sur le plan national

En 1997, Moïse Katumbi Chapwe est propulsé à la tête du club qui est à la recherche de sa vraie identité. Les premiers efforts de Katumbi ont commencé à être récompensés en 1999 avec une Coupe du Congo.

Les deux saisons suivantes, Mazembe s’est adjugé le titre de l’ex-LINAFOOT avant que son président imprime au sein du club une nouvelle politique managériale sportive. Grâce à cette politique managériale, Mazembe a imposé une nette domination aussi bien sur l’échiquier national que continental.

Le gardien Robert Kidiaba et son co-équipier présentent le trophée Mo Ibrahim à Moïse Katumbi et à Gabriel Kyungu wa Kumuanza. Ph. TP Mazembe

Au pays, les Corbeaux ont raflé 9 titres du championnat entre 2006 et 2019 dont 4 d’affilée : en 2006, 2007, 2009, 2011, 2012, 2013, 2014, 2016, 2017 et 2019. A ces titres se sont ajoutées trois Super Coupes de la Rd-Congo en 2013, 2014 et 2016.

Sur le plan continental, l’ex-TP Englebert a aussi fait parler sa toute-puissance en s’offrant trois Ligues des Champions en 2009, 2010 et 2015 ainsi que deux Coupes de la Confédération en 2016 et 2017.

23 titres pour Katumbi en 22 ans de règne

Derrière tous ces trophées se cachent aussi des records. Mazembe est le premier club de l’Afrique subsaharienne à cueillir cinq étoiles de la CAF-C1. Il est aussi le premier club à avoir réalisé un triplé sur le continent en remportant consécutivement une CAF-C1 et deux CAF-C2.

Cerise sur le gâteau, les protégés de Moïse Katumbi ont réussi à empocher trois Super Coupes de la CAF en 2010, 2011 et 2016, portant le capital titre de son président à 23 unités.

Au niveau mondial, le TP Mazembe a entrepris d’inscrire son nom en lettres d’or de l’histoire de la Coupe du monde des clubs en devenant le premier club non-européen ou sud-américain à se hisser en finale de la compétition en 2010. Les Lushois se sont inclinés, 0-3, devant les Milanais d’Internazionale conduits par un certain Samuel Eto’o.

L’entrée de Moïse Katumbi Chapwe -Président du Tout Puissant Mazembe lors de son entrée au stade de son club, à Kamalondo. Ph. Tshitshi Tshisuaka

Outre les trophées, les infrastructures et un centre de formation

Le règne de Katumbi à la tête du TP Mazembe n’est pas seulement marqué par de nombreux titres remportés. Le président sponsor, grâce à sa vision managériale, s’est déployé pour doter le club des infrastructures modernes. En 2012, un nouveau stade, d’une capacité d’accueil de 18.000 places, dans la cité de Kamalondo à Lubumbashi. Le stade a pris le nom du club, TP Mazembe, qui devient le premier de la Rd-Congo à se doter d’une maison privée pour recevoir ses visiteurs lors de toutes les compétitions auxquelles il participe.

La même année, 2012, a vu le TP Mazembe ouvrir les portes de son centre de formation: Katumbi football académie -KFA. En clair, le président Katumbi, plutôt que de dépenser de grosses sommes pour s’attacher les services de certains footballeurs expatriés, a voulu miser sur la jeunesse Rd-congolaise, réputée très talentueuse en matière de ballon rond. Une vision qui, à ce jour, produit des fruits très avantageux pour Mazembe.

Cette école de formation a donné à Mazembe deux buteurs de haute classe : Ben Malango Ngita et Jackson Muleka. Le second, du haut de ses 19 ans d’âge, a terminé meilleur buteur de la dernière édition du championnat national dès sa première saison en pro. Hormis les deux, d’autres pépites font la fierté de la vision du président Katumbi à l’instar d’Arsène Zola.

Leçon: Katumbi a su redonner au TP Mazembe sa fière allure d’antan. Voilà la promesse accomplie du chair-man.

 

ETIENNE KAMBALA

Contactez la Rédaction au +243808500059

Redaction Eventsrdc

Related Posts

Read also x