23.2 C
Kinshasa
mercredi 26/Jan/2022

- publicité -

La mise en garde de Mike Mukebayi à Eugène Diomi Ndongala

Contre vents-et-marrées, le journaliste rd-congolais Hugues Michel Mukebayi Nkoso, très connu comme Mike Mukebayi ne lâche et ne recule devant rien. Après avoir été interpellé puis relâché ce mardi 19 avril 2016 au Parquet de la Gombe suite à un article sur Diomi dans une affaire de viol à la Prison Centrale de Makala publié sur le site-internet de son journal (www.rdc-news.com), le fondateur du bihebdomadaire C-News est loin d’avoir sa langue dans sa poche. Très tranchant, Mukebayi met en garde, avec un ton sévère,  le Président de la Démocratie Chrétienne, Eugène Diomi Ndongala afin qu’il cesse de l’attaquer sous peine de mettre à la place publique toute la vérité de son arrestation. Au cours d’une interview exclusive à Eventsrdc.com- leader des interviews et des événements, il a parlé des raisons de son interpellation par le Parquet de la Gombe jusqu’à son relâchement.

Vous avez été interpellé puis relâché, ce mardi 19 avril 2016 dans la matinée, au Parquet de la Gombe. Qu’est-ce qui vous a été reproché ?

Un article paru dans le site C-News (www.rdc-news.com) sur Diomi dans une affaire de viol à la Prison Centrale de Makala.

Vous avez été interpellé, puis relâché. Maintenant, c’est quoi la suite de cette affaire ?

C’est clair. Diomi qui est devenu l’allié du régime depuis un temps et qui a accepté d’envoyer ses hommes au dialogue, a cherché à me rendre des comptes personnellement parce qu’il a mal orienté l’action parce que moi je suis fondateur du site. Je n’ai pas des responsabilités pénales en ce qui concerne le contenu de C-News. Mais il s’est appuyé sur ses alliés du régime pour tenter de me réduire au silence et l’action était mal orientée. L’inspecteur qui m’entendait, n’avait pas la loi et ne la connaissait pas. J’ai dû faire venir la loi.  Je lui ai brandi la loi. Il était bien obligé de me relâché. A proprement parler, il n’y aura plus de suite dans cette affaire. Diomi, je crois qu’il doit même changer de cabinet d’avocats. Il travaille avec des avocats amateurs. On ne pouvait pas orienter l’action contre la personne de Mukebayi s’ils étaient assez réfléchis. Mais puisqu’ils étaient dans une logique de me rendre des comptes, voilà ça s’éteint là.

Présentement, quel est votre état d’esprit avec cette affaire et tout ce que C-News connait comme problème ?

Mon état d’esprit est le même, très combatif. Moi j’ai d’autres soucis que de parler de Diomi. De toutes les façons, j’en sais beaucoup sur Diomi. S’il veut me pousser à dire la vie qu’il mène en prison que tout le monde au pavillon 1 connait, s’il veut que je dise ça que je crève l’abcès que je parle de tout ça sur la place publique qu’il continue à m’attaquer, je veux le faire tantôt. Je crois qu’il sait que je suis au courant, je connais toute la vérité sur l’histoire de son arrestation qu’il ne me pousse pas. Je connais toute la vérité du débat à la fin sur l’histoire de son arrestation. Le jour où ça commençait, tout le montage qu’il a fait avec ses collaborateurs, je suis au courant de tout. S’il ne veut pas que je le dise à l’opinion qu’il me laisse tranquille. Je le mets en garde s’il ose encore, je crois que les gens diront que Mukebayi s’acharne sur Diomi. Je me lâcherai complètement.  Je le mets en garde. Je me lâcherai, il peut compter sur moi.

Un mot de la fin pour clôturer cet entretien ?

Je crois que Mukebayi est passé à autre chose. J’ai d’autres préoccupations : le Congo, l’alternance 2016 etc. Il y a beaucoup d’autres préoccupations qui m’intéressent actuellement que de m’occuper d’une personne malfamée qui s’appelle Diomi qui n’a pas une bonne réputation. Je n’ai pas le temps de lui.

EVENTSRDC.COM

Articles Récents

Dossier RAM : Coincé, le tribunal de commerce revient sur son embargo

Le tribunal du commerce de Kinshasa a donné un deadline le lundi 24 janvier 2022 dans la soirée aux sociétés de télécommunications suite aux...

États généraux de la communication et médias : Patrick Muyaya déterminé à refonder l’écosystème médiatique et plaide pour une adaptation numérique du secteur

« Les médias congolais : quelles perspectives à l'ère du numérique et des enjeux et défis du développement durable », c'est le thème retenu...

RDC : Qui d’Adios Alemba et Adricha Tipotipo dit la vérité sur les fonds destinés aux obsèques de Defao ?

Les langues se délient sur les frais funéraires de l'artiste musicien rd-congolais François Lulendo Matumona dit Général Defao inhumé le samedi 22 janvier 2022...

Restez connecter

51,700FansLike
29,237FollowersFollow
180FollowersFollow
30,346FollowersFollow
1,106SubscribersSubscribe
- Publicité -

à la une

Dossier RAM : Coincé, le tribunal de commerce revient sur son embargo

Le tribunal du commerce de Kinshasa a donné un deadline le lundi 24 janvier 2022 dans la soirée aux sociétés de télécommunications suite aux...

États généraux de la communication et médias : Patrick Muyaya déterminé à refonder l’écosystème médiatique et plaide pour une adaptation numérique du secteur

« Les médias congolais : quelles perspectives à l'ère du numérique et des enjeux et défis du développement durable », c'est le thème retenu...

RDC : Qui d’Adios Alemba et Adricha Tipotipo dit la vérité sur les fonds destinés aux obsèques de Defao ?

Les langues se délient sur les frais funéraires de l'artiste musicien rd-congolais François Lulendo Matumona dit Général Defao inhumé le samedi 22 janvier 2022...

Gims : Sa nouvelle demande de nationalité française en danger

Nous l’avons dit dans nos récentes publications. Le rappeur rd-congolais Gims ne cesse de supplier la France pour obtenir la nationalité après le refus...

Médias : Grande figure de la presse rd-congolaise, Barick Buema ne jure que par son travail

Journaliste à la radio Top Congo, Barick Buema appelé « Parole écrite » a été l'invité de la rédaction. Avec une expérience accrue de la télévision...