NMB Lapanthere annonce du lourd pour 2019

De son vrai nom Ntonto Mabiala Bienvenue, NMB La panthère entend offrir du lourd aux mélomanes au cours de cette année. Il offre Crazy en fin mars, puis plus tard Chakazulu en feat avec le groupe Hip-hop de l’Afrique, Daara J Familly, et enfin un album. Lors d’un entretien avec Eventsrdc.com, l’artiste a dévoilé l’existence de plusieurs projets avec Ferré Gola et a fait l’évaluation de la première édition du festival «Trône Challenge» qu’il a organisé en février dernier. Entretien.

Préparez-vous des projets pour l’année 2019 ?

Bien sûr. 2019 est une année décisive pour moi. J’ai commencé l’année avec la campagne électorale de mon père, Pamphile Badu wa Badu. En Février, c’était mon projet de Trône Challenge. Avant la fin du mois de mars, Crazy sera dans les bacs. Pour la suite de l’année, j’ai prévu des collaborations avec mes artistes de rêve. Je serai accompagné du groupe Hip-hop de l’Afrique, Daara J Familly, dans la chanson « Chakazulu ». Je prépare aussi un album qui sera disponible dans un avenir très proche.

Vous avez récemment initié le festival « The Trône Challenge ». Quelles sont vos motivations en le lançant ?

Je suis dans le monde musical depuis 25 ans à Matadi. J’ai décidé de monter un projet rentable pour ma province, Kongo Central. J’ai tant d’autres projets dans mon agenda.
En Février, j’ai lancé le festival «The Trône Challenge» avec beaucoup de particularités. Lors de cette première édition, j’ai sélectionné 32 jeunes artistes sur 123 pour faire valoir leurs talents devant le public de Matadi. Je suis dans l’obligation d’étendre ce projet partout au Kongo Central. Je serai bientôt à Boma, Mbanza Ngungu, Moanda et Kisantu. Mon objectif est de promouvoir la génération montante de la musique et culturelle Kongolaises. Le vainqueur de la première édition, 8 millions de voix, bénéficiera d’une promotion et d’une production phonographique grâce à mon label, « Réseau Panthère ».

L’affiche officielle du festival The Trône Challenge 2019. Ph. Dr Tiers

Un mois s’est écoulé depuis la tenue de la 1ère édition du festival. Quelle évaluation en faites-vous ?

L’événement s’est très bien déroulé. Nous avons réussi notre première édition en dépit de certaines difficultés d’ordre organisationnel et financier. J’ai été déçu par le sort réservé à mes correspondances adressées à différents pour solliciter leur soutien. Aucune suite de leur part. J’ai dû me battre à fond pour y arriver. À Matadi, il n’y a pas de matériels pour de grands événements. J’ai été obligé de demander un renfort à Kinshasa. Aussi, tous les artistes invités n’ont pas fait le déplacement de Matadi comme prévu, notamment Poison Mobutu et Marchal Dixon, Alesh.

Comment arrivez-vous à conquérir les cœurs des mélomanes bien que vous chantez en Kikongo ?

Rires. Il y a des artistes qui rappent en Zoulou, en Wolof, en Lingala, etc. Kinkongo est l’une des quatre langues nationales de mon pays, marginalisée par les Kongolais eux-mêmes. Ils ont peur de se faire passer pour des villageois en parlant leur langue. Chanter dans ma langue maternelle, c’est une fierté. J’ai un flot d’imposer. Voilà pourquoi quand on écoute NMB, on tombe directement amoureux. Si tu fais ton boulot avec professionnalisme, les fans écouteront toujours tes œuvres même dans une autre langue.

NMB feat Ferre Gola dans Crazy

Votre collaboration avec Ferre Gola est-elle confirmée ?

Ferre Gola est l’un des grands artistes et stars en Afrique et dans le monde. C’est un frère que j’admire. Nous nous connaissons mutuellement. Je lui ai proposé une collaboration et nous avons concrétisé. Avec Ferre Gola, c’est toute une histoire. Ensemble, nous avons plusieurs projets à venir.

Un mot de la fin

J’aimerai dire merci à Eventsrdc.com et plus particulièrement au DG Cinardo Kivuila qui ne cesse de promouvoir la jeunesse rd-congolaise du côté culturel. Je remercie aussi vos lecteurs qui suivent mes informations grâce à vous.

ETIENNE KAMBALA

Contactez nous au +243808500059

Related posts