Restitution des œuvres: la Belgique ouverte aux discussions

De plus en plus les débats s’accentuent autour de la problématique de la restitution des œuvres d’art par les musées européens aux pays d’origines. La RDC a pris également position pour le retour de ses œuvres.

A quelques jours de la réouverture d’AfricaMuseum de Tervuren, le
Président de la RDC, Joseph Kabila, a déclaré que son pays va entamer
des démarches pour retrouver ses œuvres qui sont dans la plupart au
musée de Tervuren. Dans une interview accordée au journal Le Soir, il
y’a quelques jours, le président de la RDC Joseph Kabila, a promis d’envoyer une requête officielle pour que la Belgique restitue les œuvres d’art au Congo. « C’est en cours. Mais pour le faire, nous
attendons la fin des travaux et l’ouverture de notre propre musée, en partenariat avec la Corée du Sud. La demande de restitution sera évidemment sur la table. Un mois avant la fin des travaux, qui est
prévue pour le mois de juin, il y aura une requête officielle
.

La coopération entre Tervuren, dont nous apprécions l’expertise, et nos musées nationaux va se poursuivre. En outre, Tervuren possède un grand nombre de documents, nos archives, que nous voudrions récupérer », a-t-il déclaré à notre consœur du journal Le Soir. L’on se demande alors si cette demande sera faite par Joseph Kabila ou son prédécesseur. Étant donné que la fin des travaux du musée en construction à Kinshasa sur le boulevard Triomphal non loin du Palais du Peuple est prévue pour le mois de juin prochain alors qu’il y aura déjà passation de pouvoir si et seulement si les élections se tiennent le 23 décembre 2018. Dans les salons de Bruxelles, une certaine opinion s’interroge sur cette position en analysant les propos de Joseph Kabila.

Pendant ce temps, la position de la Belgique est claire. Elle reste ouverte aux discussions quant à ce. C’est le Vice-Premier ministre belge et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, qui l’a fait savoir à la faveur d’un entretien qu’il nous a accordée au siège de la diplomatie belge en plein cœur de Bruxelles.

« La Belgique reste ouvert aux discussions autour de cette problématique ». Une démarche qui nécessiterait également l’implication de l’UNESCO, a fait savoir Didier Reynders qui a profité pour préciser en même temps que la réouverture du musée de Tervuren caractérise également la débaptisation du Musée Royal d’Afrique Centrale à AfricaMuseum. Une manière pour non seulement les responsables de ce lieu mais aussi de la volonté de la Belgique de s’ouvrir à toute l’Afrique.

Pour lui, il était important de faire participer les Africains à la démarche d’AfricaMuseum. C’est qui est fait. Surtout avec l’implication du COMRAF (Comité de concertation MRAC-associations africaines).

Le Vice-Premier ministre Reynders a indiqué qu’il n’y a pas seulement les pièces de la RDC à AfricaMuseum. Il y a aussi certaines provenant d’autres pays notamment de la région des Grands-Lacs.
PATRICK NZAZI

Related posts