Événementiel en #RDC : 2017 a vécu malgré …

2017 aura été une année difficile parsemée de plusieurs réalités compliquées pour la plupart d’exploitants  du secteur de l’événementiel en Rd-Congo. Des faits très marquants ont caractérisé cette année, notamment la non-organisation de certains événements existant depuis des années, la non-tenue des événements créés la même année, les  décès de certaines figures de l’événementiel, la création de nouveaux concepts, les prestations des musiciens de renommée internationale et la prolifération des lieux d’ambiance aux standards internationaux. 

 

C’est sur une note de tristesse que l’année 2017 a été entonnée suite à la disparition  du célèbre MC  rd-congolais, Trésor Tshidiki Tshimbombo,  très connu sous le pseudo de T19.

Le MC rd-congolais, Trésor Tshidiki Tshimbombo dit T19. Ph.Dr.Tiers

 

Professionnel et créatif, T19 a tiré sa révérence au premier jour de l’année de suite  d’une courte maladie. Son corps repose  à la Nécropole. En 15 ans de carrière, T19 a bercé plusieurs jeunes de sa génération avec  des animations radios sur CongoWeb Fm, Top Congo Fm, Kin Fm et Univers Fm. A plusieurs reprises, T19 a animé des concerts des musiciens de grande envergure comme Booba, Lafouine, Kaysha, Maître Gims, Fally Ipupa, JB Mpiana, Werrason et Sexion d’Assaut.

 

Au cours de l’année dernière, d’autres célébrités, issues de plusieurs secteurs de la vie publique ont également quitté la terre des hommes, notamment Etienne Tshisekedi, Papa Joseph Olangi, Matthieu Kuka –un de collaborateurs de Nico Kassanda, Sharon Elebe Ma Motiyelo -directrice de la structure événementielle Nkita Lodge et le jeune guitariste Jonathan Likompa de Villa nova -la formation musicale de Fabregas.

 

Envahissement de Kinshasa par des lounge bars

Aussi caractérisée par la perte de vitesse du Franc congolais face au  Dollar américain, 2017 a vu être créés des événements ayant marqué les esprits. L’on peut citer FIRE  -Festival  international de la Rumba et de l’Elégance-, Toseka l’affrontement, Face B Aimons-nous vivant, Nuit du jazz, FOREC -Forum sur l’Evénementiel au Congo- et BOB All Stars. La liste n’est pas exhaustive.

Vue des participants au Forec 2017. Ph.Eventsrdc

 

La même année a été marquée par la réouverture du mythique night-club select « Le Klubb »  en plein centre-ville à quelques  encablures  de l’Hôtel de ville. Consécutivement à la relance de « Le Klubb », il s’est constaté la prolifération dans toutes les communes quasiment des lounge bars qui,  jadis, n’étaient l’apanage que de la municipalité de la Gombe. Kinshasa, dans son ensemble, a été envahie par des bars comme Les Spots by Ushuaia, Métro Bar UPN, Le Quartier, Daniela, Le Balcon… Il convient de signaler l’ouverture de la salle de spectacle et de conférence « ShowBuzz » et le  changement de dénomination de « Saint James Hall » à « Le Mouskouri ».

 

2017 a vécu avec des concerts haute en couleur. En cette matière, Shark club a été le théâtre des concerts les plus mémorables de l’année 2017. Maître Gims, Fally Ipupa et le chantre-pasteur Moïse Mbiye, alors au cœur d’une vive polémique autour d’une certaine « Guégué » qui serait une déesse de séduction, ont explosé le Shark club. En 2017, JB Mpiana, une des icônes de la rumba rd-congolaise, a célébré son cinquantenaire de naissance au Rotana Kin Plazza. Des festivals époustouflants ont été organisés en 2017: Red One avec la participation de Dadju, Rumba Parade et Jazz Kiff.

 

Au-delà des frontières de la Rd-Congo, deux concerts de deux  musiciens en vogue, Fally Ipupa et Héritier Watanabe, ont été annulés par la Préfecture de police de Paris. Le premier devait se produire en la salle La Cigale alors que le second devait s’exhiber à l’Olympia de Paris. Le motif principal avancé par la Préfecture de police de Paris a été  la perturbation de l’ordre public suite aux manifestations organisées par des combattants qui, depuis des années, empêchent les musiciens rd-congolais de se produire en Europe, particulièrement en France, Grande Bretagne et Belgique.

 

L’interpellation du Cardinal Monsengwo aux artistes

Sur le plan discographique, le marché du disque a enregistré plusieurs albums, notamment « Qu’est-ce que j’avais dit? » -QQJD- de Ferré Gola et ses poulains, « Cursus » de Fabregas et son groupe Villa Nova, « Plan B » des Contre Maître dissidents de Villa Nova, « Tokosss » de Fally Ipupa, « 7 jours de la semaine » de Werrason, « Caligula » de Karmapa, et tant d’autres.

 

Un des faits inhabituels de l’année dernière a été la rencontre entre le Cardinal Laurent Monsengwo et les artistes de différentes disciplines.  Rappeler aux artistes leur rôle au sein de la société a été l’objet de cette rencontre tenue en la Cathédrale  Notre Dame du Congo. Cet événement a fait couler beaucoup d’encres et de salives dans le milieu politique et médiatique Rd-congolais alors que le message du Cardinal se résume en une exhortation aux artistes afin qu’ils restent coller à leur vocation pour faire honneur à la société rd-congolaise.

 

Tant d’autres événements se sont déroulés en 2017. Au nombre de ces événements ayant connu un succès remarquable, l’on peut énumérer  Congo Fashion Week, Semaine Française de Kinshasa, Bilily Awards, Fièrement Ndundu, Sultani Makutano, Festival agricole international de Kinshasa, Jumping internationale de Kinshasa, Open Golf de Kinshasa et Open de Squash de Kin.

 

D’autres encore existent depuis des années, mais n’ont pas pu être organisés tels que Muana Mboka initié par le célèbre chroniqueur culturel Paulin Mukendi, 100% Break Dance de l’agence de communication événementielle Médias Business Congo et le festival de l’humour Toseka avec des humoristes internationaux.

 

Le monde de l’événementiel en Rd-Congo a accueilli à bras ouvert deux nouvelles boissons lancées par les deux brasseries concurrentes à Kinshasa. Il s’agit de Nkoy Rumba à la Tequila de la BraCongo et de Victoire de la Bralima.

La Nkoy Rumba à la Tequila. Ph.Bracongo

 

La “Victoire”. Ph.Bralima

Pour l’année 2018 qui en est à son deuxième mois,  les acteurs de l’événementiel, à l’unisson, demeurent optimistes quant à la réalisation de leurs projets et souhaitent que la situation politique s’apaise et que les choses redeviennent normales. Ceci leur permettra, selon des observateurs, d’organiser des événements via lesquels l’État va renflouer ses caisses et redorer l’image du pays à l’échelle  internationale.  Ils demeurent convaincus qu’avec la paix et un bon climat des affaires, toutes les parties gagneront.

CINARDO KIVUILA

 

Related posts