Indépendance Tcha Tcha: le bonheur des uns, le malheur de Brazzos et de Petit Pierre

Deux de sept artistes emblématiques musiciens de la mythique chanson « Indépendance Tcha Tcha », le guitariste Brazzos et le batteur Petit Pierre sont abandonnés à leur triste sort par les autorités rd-congolaises depuis des années. Nous voici au 59ième anniversaire, aujourd’hui, dimanche 30 juin 2019.

Aucun geste généreux à leur endroit. Et pourtant, l’« Indépendance Tcha Tcha » est depuis la fin des années 60 devenue l’hymne sacré de plusieurs fêtes d’indépendance d’Afrique et des Caraïbes. Elle est fréquemment ou quotidiennement jouée dans plusieurs médias du monde, sans servir à ses co-auteurs encore vivants et aux ayants droits de cinq autres artistes décédés. Nous citons Kallé Jeff, Vicky Longomba, Nico Kassanda, Dechaux Muamba et Roger Izeidi Mokoy.

Observant de près la situation des vieilles gloires de la culture rd-congolaise, notre rédaction avait effectué une visite à la résidence de Brazzos sur la rue Lombo numéro 12 au quartier Bisengo dans la commune de Bandalungwa à Kinshasa, le vendredi 28 juin 2019, 48 heures avant le 30 juin, date dite sacrée et historique par de millions de rd-congolais.

30 juin de tristesse
Arrivée sur le lieu, le constat était amer. « Votre papa, le guitariste Brazzos est là allongé sur le canapé sans aucun traitement ou prise en charge par qui que ce soit. En dehors de sa famille biologique, son collègue Petit Pierre et son jeune frère Tshaka Kongo de l’Asbl Artistes en danger, il n’y a que les journalistes rd-congolais et étrangers qui nous rendent visite avant, pendant et après le 30 juin. Nous n’avions pas encore vu une personnalité politique ou une célébrité musicale ou un autre leader d’opinions dans nos murs », a déclaré son épouse.

De rajouter: « Et pourtant, mon mari est parmi les musiciens qui ont arrangé et joué la célèbre chanson de notre indépendance. Même les responsables de la SOCODA ne nous paie pas. Nous ne savons pas le pourquoi. Nous sommes abandonnés. Une fois Tshaka Kongo nous avait dit que le gouvernement était prêt à prendre en charge que les frais liés à l’hospitalisation et non son traitement. Nous avions rejeté cette proposition. Car, elle ne correspondait pas à la taille de votre artiste qui est mon mari ».

Le guitariste rd-congolais Brazzos et son épouse. Ph.Eventsrdc

Signalons que Brazzos était partiellement victime d’une crise d’AVC (Accident cardiovasculaire) lors de ses 80 ans. Trois ans plutard, lors de ses 83 ans, il était victime d’une crise de perte de mémoire. « Je demande au président de notre RDC, Félix Antoine Tshisekedi et son gouvernement de prendre totalement en charge mon frère et collègue Brazzos avant qu’il meurt. Qu’ils n’attendent pas qu’il nous quitte pour qu’ils mobilisent des sommes colossales et organisent des obsèques grandioses. Si je serai encore en vie, personnellement, je m’opposerai à cette gloire à titre posthume », a dit Petit Pierre.

Alors que plusieurs artistes musiciens rd-congolais étaient étaient décorés par l’ex. président de la Rd-Congo, Joseph Kabila en 2015, Brazzos et Petit Pierre étaient oubliés par le ministre de la Culture et des Arts de cette époque et président du comité organisateur, Baudouin Banza Mukalay Nsungu. « Depuis Zaïre, jusqu’à ce jour, Brazzos et moi, n’avions jamais été décorés par notre pays. Même lors du Cinquantenaire de notre indépendance, le 30 juin 2010. Nous ne comprenons pas ce manque de reconnaissance. Qu’avons-nous fait de mal à notre RDC ? Et pourtant, notre oeuvre collective « Indépendance Tcha Tcha » est l’un des symboles ou des références de notre pays à l’international. Le monde ne peut pas parler de la rumba ou de la RDC sans cette chanson », a regretté Petit Pierre -batteur rd-congolais.

Il sied de rappeler que Mwango Armand Brazzos est co-auteur de l’« Indépendance Tcha Tcha » où il a joué la guitare basse et la guitare contre-basse, et est parmi les signataires du livre d’Or à la table ronde lors de l’indépendance de la République Démocratique du Congo -le 30 juin 1960. Il est également co-fondateur de l’orchestre Tout Puissant OK Jazz avec Franco Luambo Makiadi, a évolué durant plusieurs années dans l’orchestre African Fiesta de Nico Kassanda dit Docteur Nico et dans Afriza International de Pascal Tabu Ley Rochereau. Partout où Il a travaillé comme guitariste, il a signé plusieurs chansons et a offert d’autres à ces collègues artistes musiciens.

Contactez-nous au +243 808500059

« C’est maintenant que le pays doit nous célébrer. Nous n’avons pas besoin d’attendre 2020, année de 60 ans d’indépendance. Nous n’avons pas besoin des obsèques dignes d’un président de la république ou d’un roi, si aujourd’hui, nous sommes négligés », a souhaité Petit Pierre.
CINARDO KIVUILA

Related posts