JOUCOTEJ 2016, un atterrissage en douceur à l’Institut Français de Kinshasa

La 30ème édition du Festival « Journées congolaises de théâtre pour et par l’enfance et la jeunesse » (JOUCOTEJ) appartient désormais au passé. Les lampions de cette grande fête de théâtre essentiellement en milieu scolaire se sont éteints mercredi 11 mai 2016 à l’Institut Français de Kinshasa, Halle de la Gombe où a eu lieu plusieurs représentations théâtrales des troupes scolaires et professionnelles. Une belle ambiance était au rendez-vous.

Fortement mobilisées, les écoles ont réussi à  sensibiliser les élèves pour ne pas manquer l’événement. Les partenaires de ce festival ne peuvent que se féliciter pour l’avoir soutenu. Au total, 48 spectacles ont été donnés devant un public évalué à 5.644 spectateurs. Les organisateurs sont très satisfaits de ces statistiques. 48 troupes scolaires ont presté dans différents lieux à savoir le Centre d’initiation artistique pour la jeunesse (CIAJ) à N’djili, au Centre culturel congolais le Zoo et à l’Institut Français de Kinshasa. JOUCOTEJ  a donc tenu  ses promesses, a laissé entendre Valentin Mitendo Mwadi,  président de cette 30ème édition et directeur artistique de la Compagnie théâtre des Intrigants, initiatrice du festival. « Il a été un vrai carrefour des canons esthétiques et un espace de rencontre et d’échanges entre les professionnels de tous les calibres », a-t-il ajouté.

S’agissant de la participation des troupes scolaires, leurs différentes créations artistiques ont réellement dépassé les attentes non seulement des organisateurs mais également du public qui a assisté pendant 7 jours aux spectacles soit du 5 au 11 mai. Encadrés par les metteurs en scène et animateurs culturels professionnels, les élèves ont fait preuve d’un talent inimaginable. Sans nul doute, ils vont assurer la relève. D’ailleurs, plusieurs comédiens congolais qui hissent plus haut le drapeau national, sont passés par les JOUCOTEJ.

Les élèves qui ont presté à la grande halle lors de la cérémonie de clôture ont rassuré le public. C’est le cas du Complexe scolaire Lembo qui est à sa 26ème participation et qui  a présenté son spectacle « Kipenda ». Le texte, l’interprétation, le jeu d’acteur…ont retenu l’attention du public. Dans cette optique, les élèves d’une autre école ont fait découvrir aux spectateurs une pièce avec un contour patriotique intitulée « Amour pour le Congo », montée par Don Diègue Mankanka, directeur artistique de la compagnie Les Roelands qui avait  aussi pris part à la 30ème édition des Journées congolaise de théâtre pour et par l’enfance et la jeunesse.

Impressionné, le représentant du ministre de la Culture et Arts n’a eu qu’à saluer les talents cachés des élèves. Il a suggéré aux organisateurs de mettre un accent, dans les prochaines éditions des JOUCOTEJ, sur les productions des pièces en langues nationales. Un moyen de promouvoir la culture congolaise. Très flatté, Mitendo Mwadi, a, quant à lui, apprécié le niveau des élèves festivaliers tout en déplorant le manque des moyens conséquents comme c’est le cas dans l’organisation de différents événements culturels en Rd-Congo. Néanmoins, cet épineux problème a trouvé, tant soit peu, une solution cette année grâce à la volonté de l’équipe des JOUCOTEJ. « Sincèrement, il faut avoir du cœur pour organiser des événements pareils en ce temps où les questions liées à la logistique et au financement ne trouvent pas nécessairement des bonnes réponses…», a-t-il souligné.

Au stade actuel, toute l’équipe de la Compagnie théâtre des Intrigants pense, par ailleurs, à la prochaine édition qui se tiendra l’année prochaine pratiquement dans la même période.

PATRICK  NZAZI

 

Read Previous

Le Tribunal de Commerce de Kinshasa Gombe déboute la cause Bleu Sat

Read Next

« Rien ne m’empêche à être Prêtre et Rappeur en même temps », dixit l’Abbé Jean-Pierre Mongambi

Most Popular