Post Widget 1

Heath Tips

  • In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a
  • Fringilla vel, aliquet nec, vulputateDonec pede justo,  eget, arcu. In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a, venenatis vitae, justo.Nullam dictum felis eu pede mollis pretium.

Post Widget 2

Pour booster sa carrière, Meddy L. Cam’s souhaite chanter avec Fally I, Sauti S, Akon et Drake

Pour booster sa carrière, Meddy L. Cam’s souhaite chanter avec Fally I, Sauti S, Akon et Drake

Basé à Lubumbashi, l’une de grandes villes de la République Démocratique du Congo, Meddy L. Cam’s veut avec sa mélodieuse voix, marcher sur les traces de ses modèles tels que Michael Jackson, Akon et Fally Ipupa. Grâce à ses chansons « More than Respect » et « Kimoninga », il fait parler de lui dans la diaspora nord-américaine (Etats-Unis d’Amérique et Canada) et est à la recherche d’un producteur professionnel ou d’un label bien réputé qui lui permettra de réaliser ses rêves entre autres, les featurings avec les célébrités de la chanson mondiale tellesque Fally Ipupa, Sauti Saul, Akon et Drake.

 

« À travers cette interview, j’invite d’autres peuples du monde à découvrir mes œuvres sur YouTube et à continuer de me suivre », a-t-il dit.

 

En quelques phrases, parlez-nous de votre parcours musical ?

Déjà avant d’intégrer la maternelle, un matin, j’étais devant la télé avec mon père et il y avait un clip qui passait; j’ai alors demandé à mon père de m’inscrire dans une école où l’on m’apprendra à chanter comme de la même manière. Et tout est parti de là. Je n’ai eu le cœur que dans la musique.

Contactez la Rédaction au +243810000579

 

À 10 ans déjà, je faisais mon premier concert produit par mon frère aîné, chez nous dans la parcelle. Ensuite, j’ai intégré le groupe de danse d’un oncle professeur à l’Institut National des Arts de Kinshasa. J’ai intégré la chorale Choeur des Anges vers la fin de la 5ème des humanités à la paroisse Saint Rombeau de Barumbu (Kinshasa) et après les examens d’Etat, je suis venu à Lubumbashi pour mes études universitaires.

Une fois à Lubumbashi, j’ai intégré une autre chorale au même nom que la précédente à Kinshasa (Choeur des Anges) où je suis chantre jusqu’à ce jour. J’ai livré des concerts avec ma chorale et en 2016, je me suis décidé enfin, d’entamer ma carrière professionnelle.

Quelques mois plus tard, je me suis produit en concert au Cercle Makutano au centre ville de Lubumbashi. Après cela, j’ai commencé à prester dans divers endroits et événements avec un saxophoniste grecque Nikos Markoutsas. Et voilà, j’ai commencé à produire mes œuvres avec « More than respect ».

 

Quel message véhiculez-vous dans votre dernière chanson intitulée « Kimoninga » ?

« Kimoninga » est l’histoire de deux amis (fille et garçon). Le garçon se rend compte qu’il ressent plus qu’un simple sentiment d’amitié envers la fille et est troublé, car la fille est déjà en couple avec quelqu’un d’autre.

Au lieu de se faire souffrir et d’être hypocrite, il décide de briser la glace. Il dit alors à la fille qu’il n’y arrive pas d’être son ami, car ce qu’il ressent va au delà de cela.

 

Mais à la fin, il se rend compte que la fille ressentait la même chose mais l’orgueil de deux leur avait empêché de le comprendre.

Le chanteur Meddy lors du tournage du clip « Kimoninga ». Ph.Dr.Tiers

 

Que visez-vous en chantant en trois langues (français, anglais et swahili) ?

Je ne chante pas qu’en ces trois langues : swahili et français et l’anglais; je chante aussi en lingala.

Cela n’est pas vraiment beaucoup prémédité, mais il me sert à atteindre mon public qui s’y retrouve selon leurs langues et ouvrir encore mon univers plus facilement à d’autres.

 

Il y a deux ans, vous aviez sorti « More than respect » chantée également en anglais. Pensez-vous que cette langue est un passeport universel pour votre carrière musicale ?

J’ai toujours aimé chanter en anglais car mes modèles font pareils. Le vieux Fally par exemple, s’est ouvert au monde sans crainte et à tracé un très bon chemin. S’il a collaboré avec des grands tels que R-Kelly, c’est grâce à l’anglais. Donc, la langue y est pour beaucoup.

 

Qu’est-ce qui aujourd’hui, vous empêche à conquérir le monde avec des belles œuvres comme « Kimoninga » et « More than respect » ?

Pour un artiste qui s’autoproduit, je pense que je m’en sors plutôt bien. En plus, je ne considère pas encore que j’ai commencé. Personne n’écoute ma musique et reste indifférent. Donc, rien ne peut m’empêcher de conquérir le monde. Restez branché (é)s et observez.

 

Comment envisagez-vous votre carrière musicale pour les cinq prochaines années ?

Je vois un premier album dans les critères et normes internationales et je me vois faire ce premier pas dans ma carrière. Rappelez-vous, je ne pense pas encore avoir commencé.

 

Avec quels musiciens rd-congolais et étrangers, pensez-vous chanter dans l’avenir ?

Simplement, je souhaite booster ma carrière ou réaliser mes rêves avec un featuring respectif avec Fally Ipupa, Sauti Sol, Akon et Drake. Pour ça, il me faut un producteur professionnel ou un label réputé. J’espère qu’à travers cette interview, ces artistes, les managers, producteurs et personnels de labels me liront et nous débuteront une bonne et franche collaboration.

 

Un message aux personnes qui vous découvrent à travers cette interview ?

Je vous demande juste d’accorder du temps à m’écouter. Vous ne me connaissez pas encore peut-être, mais ça ne va plus tarder…

Savourez mes mélodies et surtout, abonnez-vous à mes pages et chaînes YouTube Meddy L.Cam’s et sachez que moi aussi, j’ai hâte d’amener ma musique à vous. Je vous aime. Trop d’avance.

CINARDO KIVUILA

Eventsrdc.com

Related Posts

Read also x