Post Widget 1

Heath Tips

  • In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a
  • Fringilla vel, aliquet nec, vulputateDonec pede justo,  eget, arcu. In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a, venenatis vitae, justo.Nullam dictum felis eu pede mollis pretium.

Post Widget 2

RDC – JADA 2020 : « On ne voit pas clair dans les droits d’auteur. Il est temps qu’on réfléchisse sur une autre façon de fonctionner » (Maika Munan)

RDC – JADA 2020 : « On ne voit pas clair dans les droits d’auteur. Il est temps qu’on réfléchisse sur une autre façon de fonctionner » (Maika Munan)

Au cours d’une conférence-débat organisée le lundi 14 septembre 2020, par la Société d’administration des droits d’auteur au Congo -ADACO -, plusieurs experts et professionnels de la culture avaient échangés sur la problématique des droits d’auteur en République démocratique du Congo.

Affilié à la Société congolaise des droits d’auteurs et des droits voisins – SOCODA -, le célèbre arrangeur musical et auteur-compositeur rd-congolais Maika Munan, n’a pas mâché ses mots pour dire haut et fort que cette société n’a pas un bon système de fonctionnement et il faudra réfléchir sur comment permettre aux artistes de vivre de leurs droits d’auteur en mettant en place des structures comme l’ADACO.

Contactez la Rédaction au +243810000579

« Je suis sociétaire de la SOCODA et je détiens une part sociale de cette société, mais cela ne m’empêche pas de dire qu’elle dysfonctionne, que le droit d’auteur en général a été très mal géré », dit-il à Eventsrdc.com. Et de poursuivre : « Pour nous qui sommes partis de la RDC pendant trois, quatre décennies, on revient et on ne voit pas clair dans le domaine des droits d’auteur. On ne va pas se lisser la moustache. Il est temps qu’on réfléchisse sur une autre façon de fonctionner. Par exemple, quand Balufu initie l’ADACO, c’est une idée à encourager ».

 

Pour Maestro Munan, la gestion des droits d’auteur en Rd-Congo ne doit pas être confiée aux personnes célébrent, mais plutôt à ceux qui sont porteurs des compétences. « Dans la plupart des pays qui n’ont pas les mêmes ressources et potentiels que nous, le secteur des droits d’auteur fonctionne bien. Il faudrait que cela marche aussi très bien chez nous. Nous sommes quand même un pays qui a un leadership dans le domaine culturel sur l’ensemble du continent. Donc, il n’y a pas des raisons que le domaine des droits d’auteur dysfonctionne », explique t-il.

Et de rajouter : « Nous avons cette mauvaise habitude de faire signer les droits d’auteur par des célébrités. On ne confie pas de telle mission à des gens parce qu’ils sont célèbres, mais plutôt à ceux qui sont compétents et les compétents ne manquent pas en Rd-Congo ».

Rappelons que cette conférence-débat qui a été organisée dans le cadre de la Journée africaine des droits d’auteur et  sous le thème : La problématique des droits d’auteurs en RDC ».

Lire aussi :

JADA 2020 : Patron de l’ADACO, Balufu Bakupa pense que la lutte pour les droits d’auteur en RDC doit être un combat continuel

RDC – JADA 2020 : Selon Tata N’Longi, l’ADACO se pointe pour permettre aux auteurs des œuvres de jouir de leurs droits

RDC – JADA 2020 : « La multiplicité de sociétés de gestion des droits d’auteurs dressera une branche vers une gouvernance transparente de ce secteur » (Henri Kalama)

ETIENNE KAMBALA

Redaction Eventsrdc

Related Posts

Read also x