RDC Tourisme: Cédric Abazi au ministre Yves Bunkulu

Expert en communication et manager d’Easy Communication -agence conseil en communication, marketing, publicité et tourisme, mais en coaching personnel, Cédric Abazi Gelezi a, à travers, une interview accordée à notre rédaction Eventsrdc.com, ému son opinion sur l’apport du tourisme rd-congolais à l’économie et au budget de la République Démocratique du Congo. Il pense que la nomination de Yves Bunkulu Zola est une bonne nouvelle pour tous les opérateurs de ce secteur. Car, un jeune avec un esprit jeune boostera les lignes et séduira les investisseurs. Son agence multiservices est motivée a redynamisé sa branche touristique pour contribuer au rayonnement du tourisme rd-congolais. Lecture.

https://soundcloud.com/eventsrdcfm243

En tant qu’opérateur du secteur touristique rd-congolais, qu’aviez-vous ressenti lors de la publication du tout premier gouvernement de l’ère Félix Antoine Tshisekedi, 8 mois après son arrivée au pouvoir ?
Déjà, 8 mois pour attendre un gouvernement. Cela était nouveau pour les congolais. Qu’à cela ne tienne, le gouvernement est là. Le premier sentiment que j’avais, était celle de voir un jeune à la tête de ce ministère. Dans mon esprit, je me suis dis que c’est un vent nouveau et une nouvelle énergie. En un mot, un esprit jeune. Ce qui autre fois manqué à ce ministère.

Selon vous, quels sont les problèmes ou les pratiques qui empêchent le tourisme rd-congolais à être compétitif dans la sous-région Afrique centrale et australe, et à l’international ?
Par rapport à mon expérience personnelle, j’ai découvert que le tourisme congolais souffre de promotion. C’est-à-dire, il n’est pas exporté. Déjà, victime de l’image générale du pays qui très mal vendue à l’extérieur. La République Démocratique du Congo ne fait pas assez en terme des rendez-vous pour que ce secteur soit davantage vendu.

En 2017, le Secrétaire Général de l’Organisation Mondiale du Tourisme était de passage ici à Kinshasa et cela n’a pas fait grand écho. Alors que la mort, récente du DJ Arafat, l’ivoirien était sur toutes les lèvres des congolais de la RDC.

http://www.mumatservices.com

Si l’on vous demandait de côter le tourisme rd-congolais par rapport à ces 9 pays voisins. Combien vous lui donnerez ?
Scientifiquement, nous ne pouvons pas comparer deux choses qui ne sont pas dans le même contexte.

Professionnellement, c’est encore plus dangereux. Déjà, lorsqu’il n’y a aucune initiative privée pour le booster. Le secteur obtient l’appui du pouvoir public tel quel. Aucune politique réelle pour la promotion du tourisme comme nous voyons ailleurs. Je me réserve de faire la comparaison.

Quel conseil prodiguez-vous à Monsieur Yves Bunkulu, le nouveau ministre rd-congolais du Tourisme ?
Il est ministre et a un mandat. Donc, il doit savoir qu’il se distinguera que s’il arrivait à imprimer son empreinte en collaborant avec les initiatives privées, mais qui rentrent dans sa vision, de manière particulière et celle de la République Démocratique du Congo, de manière générale.

https://www.youtube.com/user/eventsrdc

Selon nos sources, la position géographique et environnementale de la RDC lui permet d’accéder à certains fonds pour la préservation de son tourisme. Affirmez-vous cela ?
La RDC en soi constitue un avantage qui manque d’encadrement. Le tourisme est un produit comme tout autre. Hors, généralement, les consommateurs n’achètent que ce qu’il connaît. Les fonds. Il y en a, mais encore, faudrait-il attirer ces bailleurs. C’est à ce niveau qu’intervient l’expertise d’Easy Communication. Déjà, il y a deux ans sans l’aide de l’État, nous avons attiré des riches touristes japonais qui étaient prêts à investir dans ce secteur. Mais malheureusement, les mesures d’encadrement de la part du pouvoir public n’avaient pas facilité les choses.

Le rd-congolais Cédric Abazi et un touriste japonais venu à Kinshasa en 2017. Ph.Easy Communication

Avez-vous des projets bancables et de forte visibilité qui peuvent contribuer au rayonnement et au développement du tourisme du pays de l’Okapi avant 2023 ?
Les projets. Il y en a assez. Nous avons des projets déjà lancés, en construction et en prévision.

Mais, sincèrement, nous faisons ce que nous pouvons et avec des résultats que nous obtenions. Mais il y a moyen de faire mieux et de rapporter beaucoup d’argent à travers notre réseau en Afrique et en Occident.

Contactez-nous au +243 998321400

Que dites-vous aux personnes qui constitueront le cabinet du nouveau ministre rd-congolais du tourisme ?
Pour le nouveau cabinet, le secret de la réussite de ce ministère réside dans la souplesse, la flexibilité, la rapidité et l’ouverture.
MYRIAM NZEKE

Related posts