Rita Bitota sur le documentaire “Joseph Kabila, l’architecte de la démocratie” : « Comme témoin oculaire de ce qui s’est passé, il était important d’écrire l’histoire pour les générations futures »

Produit par la chaîne Digital Congo, le documentaire intitulé « Joseph Kabila, L’architecte de la démocratie », réalisé en 2019 et diffusé pour la première fois en janvier 2020, relate de façon brève l’alternance politique de 2019. Une manière de graver dans les annales, pour les générations actuelles et futures, la passation pacifique du pouvoir entre Joseph Kabila président rd-congolais de l’époque et son successeur Félix Antoine Tshisekedi.

A l’occasion d’une interview accordée à Eventsrdc.com, la directrice générale de Digital Congo, Rita Bitota est revenue sur les motivations derrière la réalisation de cette œuvre cinématographique. Selon elle, c’est aux congolais d’écrire leur propre histoire. Entretien.

Vous êtes la Directrice Générale de Digital Congo TV et FM. Votre média a produit le documentaire intitulé « Joseph Kabila L’architecte de la démocratie »  sur l’alternance de janvier 2019. Quel message véhicule ce documentaire ?

Avant de parler du message, j’aimerai parler de la motivation qui nous a poussé à réaliser ce documentaire. Au fait, je suis partie d’un constat selon lequel plusieurs congolais ne connaissent pas l’histoire du pays. Or, nous devrions nous-même écrire notre histoire. Pour ainsi paraphraser notre héros national Patrice Emery Lumumba, qui dans l’un de ses discours disait que les congolais devaient écrire leur propre histoire.

Quand c’est une autre personne qui écrit votre histoire à votre place, il peut aussi cacher certaines vérités et écrire à sa guise.

Pour éviter cela et comme témoin oculaire de ce qui s’est passé, pourquoi ne pas écrire pour la génération actuelle et celle du futur. C’est donc ce qui m’a poussé à réaliser ce documentaire, mais bien évidemment la conception ne soit pas de moi. Elle est du professeur Lambert Kaboy de qui est venue l’idée, nous, nous l’avons simplement mise en musique.

Le message que nous avons voulu véhiculer à travers ce documentaire, c’est d’abord de mettre en exergue le parcours de Joseph Kabila mais surtout son apport. Parce qu’on s’est rendu compte que beaucoup avaient une conception erronée de la personne. Beaucoup ont forgé leur opinion sur les discours des politiciens mais qui parfois sont teintés de beaucoup de subjectivité. Donc on s’est dit, en toute objectivité, on va mettre en lumière ce qu’à été l’apport de Joseph Kabila durant son passage à la tête de notre pays. 

Il faudra quand-même reconnaître ici que c’est un apport considérable. Il a réussi à jeter le jalon de l’État congolais. Vous allez vous rappeler qu’après le discours du président Mobutu en 1990, le pays a connu une spirale de transitions. Le pays n’avait jamais véritablement organisé les élections démocratique, libres et transparentes. C’est Joseph Kabila qui, quand il arrive au pouvoir, va d’abord poser comme premier acte, réunifier le pays, tendre la main aux belligérants, se mettre ensemble pour co-gérer le pays. C’est un apport considérable.

Joseph Kabila durant son mandat à doter le pays de la constitution, il va organiser le référendum et il va ainsi habituer les congolais à l’organisation des élections.  Le point d’ogre c’est cette alternance. Voilà pourquoi même le titre est bien pensé parce que c’est lui qui était comme l’archétype de cette alternance. Il aurait bien pu faire comme les autres présidents dans la sous région ou même sur le continent qui modifiaient la constitution pour se maintenir au pouvoir mais lui ne l’a pas fait.

Il a organisé les élections tout en sachant que lui n’était pas candidat et que son dauphin pouvait aussi les perdre. Il a passé le flambeau à son successeur. Ça c’est inédit, ce n’était jamais arrivé dans notre pays. C’est un apport considérable que nous avons voulu mettre en lumière pour que les générations actuelles et celles du futur puissent se faire leur propre opinion sur la personne de Kabila.

Pour donner plus de valeur à cette œuvre cinématographique, une série d’interviews avec certains acteurs de cette première alternance politique et démocratique en RDC serait très intéressante, surtout avec les Présidents Joseph Kabila et Félix Antoine Tshisekedi ?

Jusque-là non, mais c’est aussi notre souci, d’enrichir ce documentaire. Mais là, ça ne dépendra pas de nous mais plutôt de la disponibilité de ces acteurs là. Mais le souci, c’est de l’enrichir. C’est vrai qu’il y a eu l’alternance, mais il faudrait aussi voir comment on a conservé cet acquis là, ce qu’on en a fait. Je pense donc que si les protagonistes sont disponibles, on pourra le faire.

Combien de temps avez-vous consacré pour avoir cette version ?

On a commencé la conception en 2018 et ça nous a pris au maximum deux ans. Parce qu’on avait déjà commencé mais il fallait attendre la passation du pouvoir. Si vous regardez bien le documentaire, vous verrez qu’à la fin il y a même un extrait du président Félix Tshisekedi qui parle de cette alternance. Ça nous a pris deux ans et c’est en janvier qu’on a diffusé.

C’était quel budget ?

Pour convenance personnelle, je n’aimerai pas ici dévoilés le budget qui a été engagé pour réaliser ce travail.

Hormis Digital Congo TV, média producteur dudit documentaire, où est-ce que les congolais et d’autres peuples du monde peuvent le suivre ?

Pour l’heure, le documentaire est disponible sur ma chaîne YouTube. Mais je crois que dans les prochains jours également, on va le placer sur la chaîne YouTube de Digital Congo et sur nos différentes plateformes digitales. Avec le temps, on verra avec les médias partenaires si on peut diffuser également sur d’autres chaînes.

Envisagez-vous aussi l’avant-première de ce film documentaire en salle, ici à Kinshasa ?

Oui mais ça demande des moyens et jusque-là, on en recherche mais aussi des partenaires de bonne volonté qui peuvent bien nous accompagner pour le faire.

Que comptez-vous faire dans un futur proche ?

Les projets, il y en a toujours. Là on tend vers la fin du quinquennat du président Félix Tshisekedi, pourquoi ne pas faire aussi un focus sur son parcours. Les projets il y en a mais tout dépend des moyens qui se présentent. Mais tant que le bon Dieu nous donnera le souffle de vie, je crois qu’on va le faire.

Un message aux auditeurs et téléspectateurs de Digital Congo FM et Digital Congo TV ?

Je tiens vraiment la main sur le cœur à remercier tous les auditeurs et téléspectateurs de Digital Congo parce que grâce à eux Digital est dans le top 10 des médias les plus suivis en RDC et ça, ça nous fait un grand plaisir et nous réchauffe le cœur. Ça nous donne également le courage de continuer parce qu’on s’est dit ce qu’on fait est apprécié par et ça, ça nous encourage à faire davantage. Je tiens vraiment à le remercier de nous choisir. De notre côté, on va continuer à améliorer pour qu’ils soient toujours satisfaits. Merci également à Eventsrdc.com pour l’intérêt.

GLODY NDAYA

Read Previous

Ferré Gola au stade Tata Raphaël : Un double concert historique et une promotion de « Dynastie Vol. 2 »

Read Next

Titan Dangereux et Balabala Flow samplent les classiques du zouglou ivoirien dans « Abidjan Brazza »

Most Popular