« Tricherie », ce livre qui dénonce et sensibilise l’étudiant rd-congolais sur les mauvaises pratiques en milieu universitaire

Avocat et assistant à l’Université William Booth à Kinshasa, Maître Ruben Abetemani Negelani vient de publier un ouvrage intitulé ” Tricherie “. Un livre qui dénonce les mauvaises pratiques de l’étudiant rd-congolais en milieu universitaire, mais qui propose, également, les méthodes et techniques de surveillance efficaces pendant les sessions d’examen. Approché par la rédaction d’Eventsrdc.com, l’auteur s’est livré à cœur ouvert dans un entretien exclusif pour parler de ce livre. Entretien.

Quelle était la motivation qui vous a poussé à écrire ce livre ?

Je réfléchissais sur les faiblesses de l’enseignement, à l’instar des autres problèmes, notamment du système d’enseignement, les infrastructures… mais j’ai aussi découvert qu’il y a un autre problème. C’est l’étudiant lui-même. J’ai pu découvrir la ” tricherie “ et, c’est ce qui m’a poussé à écrire.

C’est quoi l’idée maitresse de cet ouvrage ?

L’idée maîtresse est de dire à l’étudiant que plus il triche, plus il sera faible. C’est une façon de dire également aux surveillants que la meilleure manière pour aider les étudiants, c’est de les sanctionner lorsqu’ils trichent. Quelque part dans le livre j’ai dit, s’abstenir de sanctionner un tricheur, c’est contribuer à la médiocrité des élites de demain.

Quel est donc le message principal que vous voulez faire passer à travers ce livre ?

Le message phare est qu’il ne faut pas seulement accuser les enseignants et les autorités en critiquant la qualité et système d’enseignement, mais il faut démontrer aussi à l’étudiant les conséquences de la ” tricherie “.

En parcourant votre livre, nous constatons que vous pointez trop du doigt l’étudiant, mais pas vraiment le surveillant qui est parfois laxiste dans son travail ?

 J’ai aussi parlé des surveillants, mais la plus grande responsabilité est attribuée à l’étudiant. Parfois les surveillants ne voient pas tout. C’est d’ailleurs l’étudiant tricheur qui devient le surveillant du surveillant.

Quelle est donc la meilleure méthode de surveillance selon vous ?

J’ai donné deux méthodes de surveillance. C’est la méthode de l’aigle vigilant et du loup dormeur.

L’aigle vigilant, c’est celui qui donne l’impression de tout maîtriser; de voir les quatre coins de l’auditoire. Et, quand le tricheur se sent regardé, il ne pourra pas passer à l’action.

Le loup dormeur, c’est cette méthode qui consiste à faire semblant comme si on ne voyait pas le tricheur, mais lorsqu’il passe à l’action, on le sanctionne. Il ne faut pas exclure qu’à côté de ces méthodes, les bonnes manières peuvent aider ceux qui passent les examens.


Maître Ruben Abetemani Negelani. Ph. Dr Tiers

Combien de livres avez-vous déjà à votre actif ?

Je compte six ouvrages et quatre articles à mon actif. Il y a deux autres ouvrages qui vont sortir cette année. Ce sera donc un total de huit ouvrages et quatre articles.

Un petit message à l’étudiant rd-congolais…

L’étudiant rd-congolais doit d’abord chercher la connaissance et les pourcentages après. « Le monde professionnel est sans pitié ; il faut donc se préparer, se discipliner dès l’apprentissage », dixit Maître Gustave Kaluba CIYOMBO.

TRESOR TSHINKUNKU

Contactez la Rédaction au +243998321400

Related posts