Post Widget 1

Post Widget 2

Vincent Kunda : « La politique culturelle que la RDC devrait adopter serait celle de reconsidérer et de revaloriser la culture congolaise dans son entièreté »

Vincent Kunda : « La politique culturelle que la RDC devrait adopter serait celle de reconsidérer et de revaloriser la culture congolaise dans son entièreté »

Le manque de politique culturelle en République Démocratique du Congo ne laisse pas sans mot les opérateurs culturels de ce pays continent. Pour certains, il y a une grosse responsabilité des autorités compétentes qui jusqu’à ce jour, ne manifestent pas la volonté de booster le secteur culturel rd-congolais. À ce sujet Vincent Kunda, cet artiste musicien, opérateur culturel rd-congolais et manager des jeunes talents en musique, a au cours d’un entretien avec l’équipe rédactionnelle d’Eventsrdc.com présenté le management des artistes qui se veut une condition sine qua non pour propulser les jeunes ainsi que pour l’avancement du secteur culturel rd-congolais.

D’entrée de jeu, Vincent définit un manager comme étant une personne qui est au service des artistes afin de leur permettre de bien exercer leur travail et le manager vient en appui pour rendre les œuvres ou talents visibles et commerciales. Il veille aussi à ce que les intérêts de l’artiste soient bien négociés et respectés. Évoluant en électron libre, faute d’une association des managers en RDC, Vincent pense qu’il est très important que les managers rd-congolais s’organisent et créent ce genre de réseau pour l’avancement du secteur culturel de la Rd-Congo.

Depuis belle lurette, la sphère culturelle rd-congolaise peine à s’organiser et toutes les personnes qui travaillent dans ce secteur peinent à vivre réellement et convenablement de leur métier. À la question de savoir qu’est-ce qui empêche les parlementaires, les artistes et les culturels à se rencontrer, à élaborer et à voter des textes qui régiront la culture en RDC, Kunda laisse entendre que c’est tout simplement un problème de manque de confiance et surtout de vision commune.

Il propose, par ailleurs, que toutes les entités citées se mettent autour d’une table et réfléchissent sur une vision pour la culture de demain. « Nous avons des grands culturels dans notre pays, mais qui sont en solo et surtout quand tout va le mieux, ils ne partagent pas leur réseau et ne se soucient pas de traiter les problèmes pour résoudre la cause de tous », s’inquiète-t-il.

Puisque les responsables visés directement par le manque de politique culturelle en RDC sont premièrement les professionnels de la culture et des arts, eux-mêmes, le ministre dudit secteur et le Chef de l’Etat bien que le pays totalisera bientôt 60 ans d’indépendance, l’artiste lance un message et un cri d’alarme en même temps. « C’est dans la fierté qu’on trouve à s’identifier à sa culture et vient aussi une part de l’énergie à transformer les conditions dans lesquelles on vit. La politique culturelle que la RDC devrait adopter serait celle de reconsidérer et revaloriser la culture congolaise dans son entièreté et dans les moindres détails, sensibiliser les congolais sur l’existence de cette dernière afin de s’en approprier, rendre cette culture compétitive face aux enjeux de l’heure, réorganiser le marché intérieur de la culture pour en faire un vrai business capable de s’exporter et de se consommer localement », a-t-il adressé.

Rappelons que toujours dans le cadre de contribuer au rayonnement de la culture rd-congolaise, en 2017, Vincent avait avec le rd-congolais Ados Ndombasi et l’hôtel Sultani à Kinshasa, exécuté son projet intitulé « Vendeurs de rêves » en produisant le célèbre chanteur rd-congolais Reddy Amissi.

« Vendeurs de rêves » est une plateforme créée avec le promoteur du festival Toseka, Ados Ndombasi, et a pour but de créer des vrais événements et des spectacles de haute facture pour mieux valoriser le travail des artistes. Un projet qui devait normalement chaque année, mais suite à certains contraintes, les spectacles n’ont pas pu être réalisés. Avec une force créatrice remarquable, ils ont, par la suite, mis en place un grand projet intitulé « Festival Kongo River » qui devait normalement être lancé durant ce mois de juin 2020, malheureusement la crise sanitaire mondiale n’a pas permis d’exécuter ce beau projet pendant ces temps des festivités d’indépendance de la RDC.

Contactez la Rédaction au +243810000579

Il espère, par ailleurs, que la situation va se dénouer rapidement pour pouvoir au moins lancer ce projet qui fera encore rayonner la RDC à travers le monde. « Mais vu la situation actuelle, je pense que c’est un moment pour chaque congolais en général et aux artistes en particulier de se remettre en question, de se poser les bonnes questions pour les années qui vont venir, voir, d’où nous venons, où nous en sommes et quelles sont les meilleurs perspectives à venir. Se demander pourquoi la culture congolaise n’arrive pas à émerger comme il se doit ? », a-t-il conclu.

TRESOR TSHINKUNKU

Redaction Eventsrdc

Related Posts

Read also x