Post Widget 2

Dernières nouvelles

Articles populaires

Budget national 2021 en RDC : Ados Ndombasi plaide pour la culture et le tourisme

Budget national 2021 en RDC : Ados Ndombasi plaide pour la culture et le tourisme

Il n’est pas allé sur le dos de la cuillère. Le député rd-congolais Ados Ndombasi a, au cours de la défense du budget national par le premier ministre rd-congolais Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le vendredi 13 novembre 2020, à l’Assemblée nationale de la Rd-Congo, émis le vœu de voir le gouvernement de ce grand pays de revoir à la hausse, le budget destiné à la culture et au tourisme.

 

Il pense que ces deux secteurs vont non seulement créer des emplois, mais aussi ramener beaucoup de devises à son pays qui a des potentialités touristiques et culturelles énormes.

 

Ci-dessous, son allocution :

 » Mr le Premier Ministre,
Chers collègues,
Alors que nous discutons du budget national pour l’exercice 2021, qu’il me soit permis de vous présenter deux secteurs qui sont totalement négligés dans notre pays, en l’occurrence le secteur de la culture et le secteur du tourisme.

Ces deux secteurs intimement liés car investir dans la culture, c’est investir dans le tourisme qui assure la visibilité du pays. Et investir dans le tourisme c’est investir dans la culture qui fait partie des attractions d’un pays.

Et pourtant, ces deux secteurs pourraient énormément contribuer au renforcement de notre budget national.

Pour vous en convaincre, laissez-moi vous brosser quelques chiffres liés à ces deux secteurs cas de la France.

Le tourisme seul rapporte plus de 67 milliards de dollars à l’Hexagone et y offre deux millions d’emploie directs et indirects. Le secteur culturel quant à lui rapporte plus de 40 milliards d’euros à cette même France et lui offre plus d’un millions d’emplois.

Mais pour atteindre ces performances économiques, la France investit chaque année plus de 10 milliards d’euros dans ces deux secteurs.

Le Congo n’est pas la France, me dira-t-on. Mais il nous faut bien commencer quelque part.

Monsieur le Premier Ministre,
Chers collègues,
En parcourant notre budget national, je constate que vous avez alloué au Ministère de Tourisme 7.8 millions de dollars soit 0.11% du budget. Au Ministère de la Culture et des Arts, vous avez alloué 12.7 millions de dollars soit 0.19% du budget. Vous conviendrez avec l’assemblée nationale que ces allocations budgétaires sont modiques.
Pour vous donner un ordre de grandeur, le Musée National, don de la Corée du Sud et qui est voisin de cet Hémicycle a coûté 20 millions de dollars américains. Je répète : sous financement de la Corée du Sud.
Quand est ce que la RDC va construire ses musées, ses propres bâtisses culturels alors que nous allouons, pour tout le secteur culturel, un budget de 12 millions de dollars, ne correspondant même pas au prix de construction de ce fameux musée coréen ?

Il est anormal que les grand projets culturels réalisés en République Démocratique du Congo soient souvent initiés et financés par de bailleurs de fond étranger. Même le palais du peuple qui nous accueille, dont la vocation primaire fut celle d’un lieu culturel, a été construit sous financement de la Chine.

Un autre ordre de grandeur. Bruxelles est plus petite que la commune de Kimbanseke, mais Bruxelles compte 87 musées alors que Kinshasa n’en compte qu’un seul, du reste construit par les coréens.

Monsieur le Premier Ministre,
Chers Collègues,
Il sied de souligner que nous ne construirons pas un grand Congo en dépendant uniquement du financement étranger de notre culture. La culture est l’âme d’une nation et il incombe à chaque nation de prendre soin de son âme.
Investir dans la culture… c’est investir dans l’humain et il est grand temps de construire un nouveau type de congolais. Aujourd’hui en effet le congolais n’a plus de forme. Nous ressemblons à des extra-terrestres ou pire à des zombies, parce que le pays n’investit pas assez dans l’humain.

À ce jour notre jeunesse n’a pour distraction que les bars et les boîtes de nuits, où l’alcool coule à flot, émoussant les consciences pour un glissement fatal vers la prostitution et l’incivisme. Faute de divertissements sains et de perspectives d’avenir, les jeunes congolais s’en remettent massivement aux jeux de hasard.

Proposons à cette jeunesse à la dérive des divertissements sains. Cela passe par la construction des salles de spectacles, des musées, des cinémas, des opéras, des salles d’exposition… Bref, des temples de la culture.

C’est le prix à payer, la condition sine qua non pour façonner une jeunesse intelligente, citoyenne et responsable.

Aujourd’hui, la modicité des enveloppes allouées aux secteurs culturels et touristiques, traduit une vision obsolète de l’économie.

Vous rendrez, Monsieur le Premier Ministre, un grand service à la Nation congolaise et au Peuple congolais en usant de votre pouvoir pour revoir à la hausse les budgets destinés à la culture et au tourisme.

Revenons au tourisme.
Nous avons un beau pays que nous n’exploitons pas.
À l’école primaire, on m’a enseigné qu’on avait plusieurs parcs nationaux : Salonga vers l’Equateur, Virunga dans le Nord-Kivu, Garamba dans l’Ituri, Kahuzi Biega dans le Sud-Kivu, Upemba et Kudelungu vers le Haut Katanga, et Lomani, parc marin des mangroves à Muanda, Mahiko dans le Maniema et la Tshopo.

Tant de richesses inexploitées faute de politique de tourisme.

J’ai honte de dire à ce jour que je n’ai visité aucun parc de notre pays.

La majorité ces parcs ont un problème d’accessibilité faute d’infrastructures routières. Certains présentent le problème de sécurité, car devenus le repaire des forces négatives. Quant à l’hébergement, hormis Virunga qui essaye faire la différence, les autres parcs l’assurent à peine.

Il est temps monsieur le Premier Ministre d’investir dans le tourisme domestique, c’est-à-dire d’investir dans les infrastructures routières, dans les hôtels et restaurant et dans la sécurité. Ce qui rendra l’écosystème touristique congolais plus compétitif et plus rentable.

Le premier touriste devrait être le congolais qui devrait mieux connaitre son pays que certains étrangers. En RDC, c’est au contraire les européens qui maitrisent mieux ce pays que nous les nationaux.

Et aujourd’hui certains pays voisins de la RDC profitent de notre laxisme pour s’imposer et faire prospérer leur secteur. Par exemple les touristes qui viennent visiter Virunga en RDC préfèrent passer par le Rwanda : Billets d’avion moins chers, prix hébergements de qualité à des prix abordable, sécurité assuré, pas de tracasseries policières.

Même les congolais habitant Bukavu, Goma préfèrent passer par kigali pour atterrir à Kinshasa…

Un billet d’avion aller retour Kigali Kinshasa Kigali coûte en moyenne 380$ alors que Congo Airways, notre compagnie nationale, vend des billets 680 dollars pour un Goma Kinshasa Goma.

Voila comment nous même, par manque de souplesse, donnons de la valeur à des pays tiers.

Monsieur le Premier Ministre,
Chers Collègues,
Pour clore mon propos, je voudrais vous inviter à méditer les paroles des derniers vers du cinquième paragraphe de notre Hymne National, « Le Debout Congolais » :
« Nous peuplerons ton sol
Et nous assurerons ta grandeur ».

Certes, nous avons honoré le premier terme de cette promesse : 95 784 841 habitants, ce n’est pas négligeable. Nous pouvons nous en féliciter et surtout féliciter toutes les mamans de la RDC, qui ont porté et continuent de porter la vie pour que le Congo soit une nation démographiquement forte.

Par contre, le second terme de notre promesse solennelle est loin d’être réalisé : 60 ans après l’Indépendance du 30 Juin 1960, avons-nous assuré la grandeur du Congo ?

J’ai dit et je vous remercie « .

Honorable Ndombasi Ados

Revivez l’intervention du député en vidéo :

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10224592935273637&id=1316970414

 

RÉDACTION

 

Eventsrdc.com

Articles récents

Lire aussi x