Musique: « Stade de m’Artire », le prochain album de Lexxus Légal qui appelle au sacrifice pour la Rd-Congo

Dans un entretien exclusif accordé à Eventsrdc.com, Lexxus Legal, après s’être présenté aux élections législatives de 2018, a annoncé la sortie prochaine de son nouvel album. Intitulé sacrifie pour une cause « Stade de m’Artire », cet album va décrire «l’état d’esprit de la personne qui comprend pourquoi il se sacrifie pour une cause». Cette cause, selon Lexxus, est la Rd-Congo. Entretien.

Qu’êtes-vous devenu après avoir été candidat malheureux aux législatives de 2018 ?

Je suis la même personne. Je mets en place les projets, je les exécute. Il y a un album qui est au frais depuis l’année passée. Il reste quelques réglages avant qu’il soit largué.

Comment est intitulé cet album ?

Le titre de l’album est « Stade de m’Artire ». Je ne sais pas si le titre changera. C’est un opus qui est au complet depuis août 2018. Je suis parti au Sénégal pour faire son cover. C’est terrible. « Stade de m’Artire », parce que c’est l’art qui tire. C’est l’état d’esprit de la personne qui comprend pourquoi il se sacrifie pour une cause. C’est le niveau suprême de connaissance. Notre cause, c’est « la Rd-Congo ».

Comment se compose la tracklist de l’album ?

Ça ne pourrai peut-être pas être un album mais un single. Le moment venu, vous le saurez. Ce n’est ne pas grave. Il faut seulement trouver l’opportunité de sortir cet album. Si je sors ce projet maintenant, il y aura beaucoup de racontars. L’opinion pourra dire que j’attaque telle ou telle autre personnalité politique. Mon album, reste d’actualité.

Le rappeur Lexxus Legal après l’interview. Ph. Eventsrdc

Quelle lecture faites-vous de la politique musicale rd-congolaise?

Ça n’a pas beaucoup changé. Les artistes travaillent énormément. Ils font de belles œuvres, il y a un public mais il n’y a pas d’argent, parce que l’écosystème en termes de business n’a pas progressé. L’encadrement au niveau des lois n’existe pas. Nous nous retrouvons dans la même chose où les artistes ont un succès mais n’ont forcément pas le moyen. Il n’y a pas une politique claire pour aider les artistes. Ailleurs, il y a des salons d’exposition des musiques et plein d’autres choses. Chez nous, il n’y a pas grand chose. SOCODA reste toujours la même structure en interne. Les choses n’avancent pas.

Comment se présente votre agenda ?

Il y avait plusieurs rendez-vous dans mon agenda en fin 2018. Mais, j’avais décidé d’annuler mes voyages pour les objectifs qui se sont imposés à l’immédiat. Lorsque l’album sera disponible, nous allons renouer avec les shows.

Contactez la Rédaction au +243808500059

Le gouvernement provincial de Kinshasa est dépourvu de ministère de la Culture et des arts. Selon l’équipe du Gouverneur Ngobila, il faut plutôt procéder à la création d’un commissariat de la culture. Qu’en pensez-vous?

J’évite d’émettre un avis tranché. La bonne question est de savoir, monsieur Kimbuta est resté à la tête du gouvernorat pendant beaucoup d’années avec un ministère provincial de la culture et pour quel résultat? La structuration dans notre projet SCULTKIN sera très importante. Nous allons avoir des associations qui pousseront ces autorités à nous donner plus de lumières sur nous, artistes, nos revenus et nos intérêts.

ETIENNE KAMBALA

Ecoutez aussi l’Interview :

Related posts