RDC: 50 ans déjà: Qu’est-ce qui reste de la FIKIN ?

Ouverte officiellement, le dimanche 29 juin 1969 par le feu président de la République Démocratique du Congo (Zaïre à l’époque), Joseph Désiré Mobutu, la Foire Internationale de Kinshasa – FIKIN – peine à fonctionner normalement, et nous voici à son 50ième anniversaire, totalisait depuis le samedi 29 juin 2019. C’est ce samedi 3 août qu’elle ouvre ses portes jusqu’au dimanche 1er septembre 2019 à l’ère du président Félix Antoine Tshisekedi.

Depuis son inauguration jusqu’à ce jour, la FIKIN a comme référence le « Batteur de tam-tam », réalisé par le célèbre sculpteur rd-congolais André Lufwa Mawidi. Malgré les deux pillages intervenus successivement en 1991 et en 1993, ce somptueux monument produit en deux exemplaires sur le même site n’a pas été détruit. Les pilleurs les avaient respecté et continuent de les respecter. Malheureusement, son concepteur et réalisateur n’a rien touché en terme des droits d’auteur depuis juin 1969 jusqu’à maintenant. Il espère qu’avec l’implication personnelle de Félix Tshisekedi, il percevra les droits en rapport avec l’ensemble de sa production avant qu’il ne décède.

Le célèbre sculpteur rd-congolais André Lufwa près de son « Batteur de tam-tam » dans son atelier situé dans sa résidence à Binza UPN (Kinshasa). Ph. Les ateliers Lufwa

Située au sud-est de la capitale rd-congolaise, précisément dans la commune de Lemba, en parallèle de l’Échangeur de Limete, l’un des symboles de Kinshasa, la FIKIN a depuis 1991 et 1993, perdu toute sa splendeur. Elle se dégrade au quotidien et n’attire plus toutes les entreprises basées en RDC et les exposants internationaux comme ce fût le cas dans le passé.

La FIKIN avant les deux pillages 1991 et 1993. Ph.Dr.Tiers

La FIKIN est envahie, abandonnée et dominée par une multitude de réalités ne cadrants pas avec la taille de cette grande entreprise commerciale et touristique, à savoir:

Les pépinières, les funerariums, un centre de contrôle technique automobile, une deviation pour les véhicules et les motos allant vers le quartier Motel Fikin, l’affichage public incontrôlé, les lieux d’entraînement des équipes de football et des loisirs des jeunes de Lemba et Limete, l’insalubrité accrue, les terrasses et restaurants de fortune (malewa), les bureaux de tradipractitiens, les parkings des véhicules, un centre d’entraînement des policiers, les toilettes insalubres, le siège de l’entente urbaine de boxe Kin-Sud, les sièges de plusieurs Petites-Moyennes Entreprises, les salles de fête, les montagnes d’immondices …

Centre médical situé près de la direction générale de la FIKIN. Ph.Eventsrdc

La même FIKIN a été morcelée d’un côté et deux bâtiments avec appartements résidentiels, une station-service et une cité des maisons pré-fabriquées des chinois commis pour la réalisation des routes à Kinshasa, ont été érigés.

Que reste encore de la Foire Internationale de Kinshasa qui jadis faisait parler de la RDC à travers son infrastructure irréprochable et sa capacité d’accueil ? Doit-on ressusciter le feu président Mobutu pour venir la réhabiliter ? Combien des gouvernements avec des ministres des affaires étrangères se sont succédés depuis ces deux pillages jusqu’à ce jour ?

Le Directeur général a.i Bokopolo Bile Sambo, qui selon nos enquêtes, n’a pas le plein pouvoir d’engager la FIKIN pour un quelconque partenariat avec des entreprises de construction tenues par des rd-congolais ou des structures telles que le JICA (coopération japonaise), la KOICA (Coopération sud-coréenne), l’USAID (Coopération américaine), la CTB (Coopération technique belge), la GIZ (Coopération allemande) et la coopération française) pour sa réhabilitation.

Contactez-nous au +243 808500059

Si une entreprise basée dans la capitale serait oubliée durant plus de deux décennies. Que dirons-nous de celles des provinces ? Avec sa légendaire situation calamiteuse, est-elle encore membre de l’Union des foires internationales – UFI ?

Malgré ! Certaines entreprises situées à Kinshasa, entre autres, les Télécoms, les brasseries, les cosmétiques et les plastiques louent des espaces, exposent et vendent leurs produits. Gagnent-elles ?

Ces mêmes entreprises programment les artistes musiciens et les artistes comédiens de toutes les tailles pour agrémenter les soirées. Quid de la sécurité ?

La pop star Werrason en concert à la FIKIN. Ph.Dr.Tiers

D’après, plusieurs observateurs, ce cinquantenaire ne mérite pas d’être célébré. Il mérite plutôt, des sérieuses séances de réflexions pour qu’à court terme, le nouveau gouvernement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba puisse lancer un appel d’offres et rechercher des fonds pour la réhabilitation et la modernisation de ce joyau d’Afrique.

https://www.youtube.com/user/eventsrdc

La FIKIN, une entreprise comme toute autre. « Les années Zaïre ne sont pas toutes les années à haïr », a slamé Yekima De Bel Art – l’un des célèbres slammeurs rd-congolais.
DANNY KABANGA

Related posts