Initiateur de la Fondation Lumumba Lab, Filip Kabeya plaide pour la promotion du numérique en RDC

Président et créateur de la Fondation Lumumba Lab puis ingénieur informaticien, Filip Kabeya a accordé une interview à Eventsrdc.com au cours de laquelle il a présenté en détail sa structure et plaidé pour la promotion du numérique en Rd-Congo. Entretien.

C’est quoi la Fondation Lumumba Lab ?

Plusieurs personnes confondent la Fondation Lumumba Lab et le Digital Lab. La fondation est le bras social de tout ce que nous faisons. Elle a créé le Digital Lab, l’incubateur Zaïre innove, les Laboureurs du code. Elle organise aussi des concours dans des écoles et des formations à l’endroit des plus jeunes. Dans nos débuts, il n’y avait pas de différence entre la fondation et le digital Lab. Nous portions comme dénomination «Lumumba Lab». A force de nous professionnaliser, nous avons distingué la Fondation, qui est la mère, et le Digital Lab, son enfant.

Depuis quand la Fondation Lumumba Lab a été créée pour quels objectifs ?

La Fondation Lab a vu le jour depuis 2012 et reconnu l’Etat rd-congolais en 2014. La Fondation a l’ambition de se doter d’une grande machine à même de réaliser plusieurs actions dans notre écosystème. Nous voulons bien être à Goma, à Lubumbashi, à Tshikapa, à Kananga, à Gemena, et autres villes de la Rd-Congo afin d’avoir plus d’impacts.

Qu’en est-il de Digital Lab ?

Le Digital Lab est un espace qui regroupe des entrepreneurs et des innovateurs dans le secteur des nouvelles technologies. Le Digital Lab, c’est est aussi entreprendre et former. L’année dernière nous avons formé 3000 enfants et plusieurs adultes.

Les enfants en plaine formation sur le code. Ph. Dr Tiers

Quelles sont les réalisations du Digital Lab depuis sa création ?

Nous avons réussi à avoir un espace qui permet aux concepteurs des projets de les matérialiser. Beaucoup de jeunes entrepreneurs sont passé par ici. Grâce au Café numérique, nous avons pu mettre en place un écosystème qui n’existait pas. Le Café numérique est notre première réussite.

Les femmes ont-elles aussi une place dans vos actions ?

Bien sûr. Par l’entremise « La Mine », le centre de formation de la Fondation, nous avons récemment lancé un atelier de trois mois avec une dizaine de femmes. Ce centre, consacré aux femmes, leur permet de créer des applications mobiles pour Android. Ces applications doivent répondre à un problème de société.

Les femmes en plaine formation sur la création des applications mobiles d’Android. Ph. Dr Tiers

A vous entendre parler, vos actions sont bénévoles. Comment vous arrivez a réussir tous ces projets ?

Je suis ingénieur informaticien et j’ai eu la chance de travailler dans de bonnes entreprises et de faire des économies afin de financer ma passion. A ce jour, nous avons quelques volontaires et des personnalités qui nous avec des dons. Nous sommes accompagnés par l’OIF, notre partenaire principal, et tant d’autres partenaires.

Quelle lecture faites-vous de la sphère numérique rd-congolaise ?

Notre sphère se porte bien en dépit du fait que nous restons à la traine. Le numérique en Rd-Congo est à 30%. Ce retard peut-être rattrapé en quelques mois. Il nous faut ainsi un plan clair qui doit être soutenu par les autorités. Tout ce que nous faisons aujourd’hui avec Lumumba Lab, c’est le devoir de l’Etat. Notre esprit doit être fixé sur l’avenir du numérique.

Nous appuyons, dans la mesure du possible, la promotion du numérique. Notre rêve est de voir des entreprises du numérique émergées comme votre média. Nous sommes une vision du numérique qui apportera de plus belles choses. Nos autorités doivent comprendre que la plus grande richesse du pays est l’homme rd-congolais. Et, il doit être formé. Il doit beaucoup apprendre.

ETIENNE KAMBALA

 

Related posts